BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Zerhouni assiste à la cérémonie à la mémoire de Fernand Iveton et Georges Acompora

DIA-04 mars 2017: L’ancien ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Nouredine Yazid Zerhouni, a fait apparition ce samedi à l’occasion d’une cérémonie de recueillement la mémoire du chahid de la Révolution, Fernand Iveton (1926-1957) et le moudjahid Georges Acompora (1926-2012). La cérémonie s’est déroulée au cimetière chrétien de Bologhine (ex-Saint-Eugène) à Alger en présence des familles, proches et amis des deux regrettés ainsi que d’anciens moudjahidine.
Zerhouni en sa qualité d’ancien moudjahid et membre du MALG, a tenu à assister à cette cérémonie qui s’est déroulée dans l’intimité. Zerhouni qui a pris un coup de vieux à cause de sa maladie a déposé une gerbe de fleurs sur la tombe d’Acompora.
Au cours de cette cérémonie à laquelle Me Benbraham a pris part, une polémique a été engagée entre ceux qui ont un penchant islamiste et les camarades et familles des défunts, issus du Parti communiste algérien (PCA). Cette polémique qui n’avait pas lieu d’être a notamment porté sur Fernand Iveton qui aurait récité la chahada avant sa décapitation.
Les camarades de Iveton, militants du PCA, ont estimé que le plus important ce n’est pas la chahada mais le sacrifice d’Iveton pour l’Algérie.
Le martyr Fernand Iveton est l’unique Algérien d’origine européenne condamné à mort puis guillotiné en février 1957 par l’Etat français. Il était membre du Parti communiste algérien (PCA) avant de rallier le Front de libération nationale (FLN).
Fernand Iveton, ouvrier tourneur dans l’usine à gaz du Hamma (anciennement Ruisseau) décide de placer une bombe près du gazomètre à une heure où l’usine serait déserte, pour éviter de faire des victimes. Mais l’engin explosif placé dans un placard d’un local désaffecté a été découvert et Iveton a été aussitôt arrêté. Au terme d’un procès expéditif, le jeune militant de 31 ans est condamné à mort. Au matin du 11 février 1957, l’enfant du Clos-Salembier (actuelle Madania) est passé à la guillotine de la prison Barberousse (Serkadji), suivi de ses compagnons, Mohamed Lakhnèche, dit « Ali Chaflala » et Mohamed Ouenouri, dit « P’tit Maroc ».
Georges Acompora qui était son compagnon à la cellule de la prison Serkadji, est décédé en 2012, des suites d’une longue maladie. Ancien condamné à mort, il avait été alors touché par la grâce.
Acompora avait activement participé à la Révolution, avant d’être condamné à mort après l’attentat contre le commissariat de police de la Redoute (El Mouradia) en 1956. Il avait opté après l’indépendance pour la nationalité algérienne.
Dans son témoignage, la veuve de Georges Acompora, a indiqué que son mari et Fernand Iveton étaient de bons camarades, soulignant que son époux « est resté affecté et hanté par l’exécution de Iveton jusqu’au jour de sa mort en 2012 ».
De son côté, l’ancien condamné à mort, chef de Iveton au PCA, Abdelkader Guerroudj dit Djilali qui était emprisonné avec lui, raconte qu’il était dans la cellule numéro 24 à Serkadji qui donnait sur la cour où avait lieu l’exécution. « J’avais entendu de ma cellule Iveton crier +tahya el Djazair+ (vive l’Algérie) avec son accent français car il ne parlait pas bien l’arabe », raconte-t-il les yeux larmoyants et la gorge nouée.
Et d’ajouter avant d’éclater en sanglots, Fernand avait dit avant sa mort: « la vie d’un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir ».
Par ailleurs, ceux qui ont apporté leurs témoignages à l’occasion de cette émouvante cérémonie, ont exhorté l’Organisation nationale des moudjahidine à baptiser des rues, des édifices publics, des universités et écoles aux noms des martyrs et moudjahidine d’origine européenne.
Pour l’anecdote, une rue à Oran qui portait le nom d’Iveton à Oran a été débaptisée par ignorance, ce qui a amené les familles et mis des regrettés à lancer un appel pour faire connaitre aux nouvelles générations les symboles de la Révolution.
Par ailleurs, Abdelkader Guerroudj, a appelé à faire toute la lumière sur l’assassinat de Abane Ramdane et Mohamed Boudiaf «tués par des Algériens». Il a également appelé les autorités à dire «ne pas cacher la vérité sur l’assassinat de l’ancien DGSN, Ali Tounsi». Le fils du regretté Mohamed Boudia était également présent à cette cérémonie de recueillement.
Amir Hani. 
DIA-IVETON CIME
DIA-HOMMAGE IVETON
DIA-Iveton
TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

DIA-US AMB

Le gouvernement algérien accorde l’agrément au nouvel Ambassadeur US à Alger

DIA- 23 juin 2017: John Desrocher, actuel secrétaire d’Etat adjoint pour l’Egypte et le Maghreb, ...

2 commentaires

  1. moohamed boudia…un camarade de la fédération dé France du DU (F L N) on s’était revus q’après l’indépendance 1972 dans notre ex-quartier général rue de Chartres 18eme et rue de Crimée 19ème un excellent carde je garde encor de bons souvenirs et l’estime pour cet homme très intelligent il lui arrive de recadrer notre astucieux chef Béchir boumaza
    dieu ait leurs âmes

  2. Les Assassins de Ben M’hidi de Abbane Ramdhan, de Boudiaf et Ali Tounsi sont les mains des imposteurs sionistes qui dirige l’Algérie sous couvert de leur nationalités Algériennes.
    Voir juste leur lieu de naissance pour comprendre qu’ils ont falsifiés l’histoire de la guerre d’Algérie et assassinés et emprisonnés tous ce qui leur barre la route afin d’arriver au pouvoir pour détruire l’Algérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *