DIA | 3600 milliards de centimes dépensés par les parlementaires à l’étranger entre 2018 et 2021
60625
post-template-default,single,single-post,postid-60625,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

3600 milliards de centimes dépensés par les parlementaires à l’étranger entre 2018 et 2021

DIA-17 avril 2021: Le quotidien Echorouk a rapporté dans son édition de jeudi que les frais de déplacements des parlementaires à l’étranger dans le cadre de leur participations dans des rencontres internationales s’élèvent à 3600 milliards de centimes.
Ces dépenses faramineuses en frais de mission reviennent à la période allant entre 2018 et 2021, soit en seulement 4 ans. Le comble, c’est que les désignations de ces représentants censés représenter l’Algérie à l’étranger ne s’effectuaient pas selon les critères requis à cet effet.

Selon le témoignage de l’ancien député Amar Moussa, membre de l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée rapporté par le même journal, ces sorties et missions officielles des parlementaires et des représentants de la société civile, dont les frais sont couverts totalement par l’État, «sont censées appuyer la diplomatie officielle algérienne et défendre ses positions à l’échelle étrangère ».

Selon le député, la  plupart de ces questions n’ont pas fait l’objet d’un suivi sérieux au cours des dernières années, en raison du recours parfois au favoritisme dans le choix des bénéficiaires de ces sorties et du manque du niveau d’instruction requis parmi certains parlementaires délégués ».
Selon lui, plusieurs sorties de ce genre se sont transformées, durant ces dernières années, en des sorties
touristiques, au lieu de se tenir à l’essentiel qui est la représentation de l’Algérie. À ce propos, il souligne que l’une des conditions sine qua non pour ouvrir droit à ces sorties est d’avoir la maîtrise des dossiers discutés lors de ces rencontres.

Dans les détails des dépenses entre 2018 et 2021, on recense les frais de participation et les frais de déplacement et de prise en charge. Selon la même source qui cite un document, ces dépenses ont atteint les 790 milliards de centimes pour l’année 2018.

La même somme a été également dépensée durant l’année suivante, soit en 2019. Pour ce qui est des dépenses de l’année dernière et de l’année en cours, 2020, 2021, elles ont atteint pas moins de 740 milliards de centimes, ajoute encore le même journal.

Amel Bouchaib 

1 Comment

  • Mellah hocine
    18 avril 2021 11:22

    La photo est très significative d’un parlement vidé de ses législateurs qui se trouvent pour la majorité à l’étranger, pendant que leurs électeurs peinent à trouver un sachet de lait en cette prison à ciel ouvert.
    Une somme astronomique pour des parlementaires qui n’ont droit qu’a un seul voyage à l’étranger conformément aux textes , mais l’Algérie, qui les a fait élire, ne dispose d’aucun atout pour les retenir . Malheureux , puisque les missions de ces députés c’est de voir , constater sur place les manques des citoyens et Dieu seul sait qu’il y a un vide total.

Envoyer un commentaire

0Shares