DIA | Après le sac en papier pour le pain, le lait sera bientôt commercialisé en briques: l’Algérie opte pour l’écologie
15122
post-template-default,single,single-post,postid-15122,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Après le sac en papier pour le pain, le lait sera bientôt commercialisé en briques: l’Algérie opte pour l’écologie

Spread the love

DIA- 07 février 2017: L’Algérie se tourne peu à peu vers l’écologie et le conditionnement sain des produits alimentaires, suivant le dicton « doucement mais surement » mais dans le sens inverse. La nouvelle «fable» concerne cette fois les sachets de lait. Ce produit ne sera plus commercialisé dans des sachets en plastique mais sous forme de briques en carton.

En effet, cette nouvelle a été annoncée par le directeur commercial du Complexe laitier d’Alger (Colaital), M.Mohamed Said, qui a affirmé que « toutes les mesures ont été prises pour que les producteurs de lait se mettent à commercialiser du lait en briques dès le mois de mars prochain ». Il expliquera dans ce sens que « les équipements et les matières premières ont été réceptionnées » par Colaital, tout en indiquant que les producteurs de lait espèrent réussir à commercialiser 100.000 briques de lait dans une première phase avant de se mettre à généraliser ce procédé à travers le territoire national. Concernant le prix de ces futures briques de lait, M.Said n’a pas donné de détails.

Toutefois, ce n’est pas la première fois qu’on entend de telles annonces. Le Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, avait deux ans auparavant demandé aux producteurs de lait d’utiliser des emballages « sain », car les sachets en plastique étaient « nocifs » pour la santé.  Ainsi, il aura fallu deux ans avant que cette décision ne soit mise en œuvre ; ou plutôt en cours de mise en œuvre.

L’on se rappelle des différentes campagnes pour l’utilisation des sacs en papier pour le pain, notamment la fameuse campagne « sacs en papier pour le pain», où les boulangers devaient servir le pain dans des sacs en papier et non en plastique. Responsables et Ministres avaient plaidé en faveur de ce procédé. Seulement, après tant d’années, on remarque que le constat est le même. Le pain est toujours servi dans des sachets, hormis quelques boulangers consciencieux ici et là. Mais la tendance générale est aux sachets en plastique.

Selon les experts les sachets en plastique sont souvent fabriqués à base de matières organiques recyclées, dont certains composants peuvent être toxiques et leur contact avec des produits destinés à l’alimentation est fortement déconseillé car provoquant à long terme des maladies chroniques qui peuvent atteindre des organes vitaux comme le foie et l’estomac. De surcroît, le sac en plastique coûte aussi cher à éliminer qu’à fabriquer. Par contre, le sac en papier est, quant à lui, un produit biodégradable et présenté comme bénéfique à la fois pour le consommateur et pour l’environnement, à condition qu’il soit issu de produits vierges répondant aux standards internationaux.

Les citoyens quant à eux espèrent bien que ces mesures soient effectives sur le terrain et non pas juste des annonces. D’ailleurs l’on se demande si l’on va vraiment vers les briques de lait et les sacs en papier, ou est-ce juste une fable comme les autres ?
Lamine Réda

2 Comments

  • Azrar
    9 février 2017 9:18

    Malheureusement c’est toujours le même refrain paroles et annonces en l’air

  • Marc Barrachina
    28 juin 2017 8:36

    Et bien nous, en Suisse, nous sommes à la recherche de lait en sachets et poussons les usines de conditionnement à y revenir.
    Pourquoi?
    1.parce que nous pratiquons intensivement la politique du «pollueur payeur». Donc tous les ménages sont passés à la «taxe au sac». Ce qui veut dire que nous sommes obligés d’utiliser les sacs à ordures que nous vend l’Etat au prix fort (très fort). Le coût du sac couvre le coût d’élimination des ordures. Donc moins on achète de sacs, mons les ordures nous coûtent. Nous passons donc notre temps à ruser pour trouver des moyens de limiter et diminuer nos déchets. Or la brique de lait (et tous les contenants rigides en général), un grand générateur d’ordures (de volume). Le sachet, lui, nous permet d’économiser grandement nos ordures. De plus, les sachets de PET stabilisé ont démontré depuis longtemps qu’ils sont absolument inoffensifs. La question est que vont faire les multinationales d’emballages comme TetraPack si les pays du nord n’en veulent plus? Les fourguer au pays du sud.
    2.la brique est au mieux couverte de PVC à l’intérieur. Au pire, et c’est le cas en général, elle est recouverte d’aluminium et ET de PVC. Sans compter le coût financier et écologique de la fabrication et de l’élimination des briques, il est connu maintenant que le PVC contient des perturbateurs hormonaux (http://www.jydionne.com/perturbateurs) et que l’aluminium est probablement à l’origine de maladies dégénératives (Alzheimer). Et enfin, le sachet en PET se recycle.
    En bref: ne venez pas à la brique! C’est une énorme erreur ! Restez au sachet et exigez qu’il soit en PET stabilisé (sans BPA). La brique écologique c’est de l’intox. Voyez plutôt la cote en bourse des multinationales d’emballage et vous verrez qui diffuse cette intox.

Envoyer un commentaire