DIA | Augmentation des prix des différents produits : Rezig hors champ
59054
post-template-default,single,single-post,postid-59054,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Augmentation des prix des différents produits : Rezig hors champ

DIA- 22 janvier 2021: Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, semble vivre sur une autre planète et ignore la réalité quotidienne des Algériens. Selon le ministre, les prix des produits de première nécessité n’ont pas connu d’augmentation et ce, grâce notamment au contrôle quotidien des services du ministère.

“Il n’y a pas eu d’augmentation de prix des produits de base, mais l’augmentation des prix de certains autres produits est dûe à l’augmentation des cours mondiaux, la hausse des coûts logistiques et la baisse du dinar”, a expliqué M. Rezig hier en marge de son intervention au Conseil de la nation, assurant que le ministère du Commerce surveille quotidiennement l’évolution des prix et se tient prêt à prendre les dispositions nécessaires contre les spéculateurs.

Alors que les Algériens se plaignent des augmentations tous azimuts, le ministre soutient le contraire. Les fruits et légumes ainsi que les produits subventionnés et de première nécessité ont connu des augmentations entre 10 et 40%.

Les déclarations de Rezig contrastent avec cette réalité, ce qui explique la non satisfaction du Président Abdelmadjid Tebboune du bilan du gouvernement ainsi que les réserves émises par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad sur les ministres de son gouvernement.

Pour rappel, Kamel Rezig s’était engagé à résoudre le problème de la disponibilité et de la distribution du lait pasteurisé (en sachet). Il a fait du lait en sachet son…cheval de bataille. Une année après, le problème du lait persiste, ce qui en dit long sur les capacités de Kamel Rezig à gérer un département aussi stratégique que sensible comme le ministère du Commerce.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares