DIA | Benabderrahmane à Paris pour participer au sommet sur le financement des économies africaines
61365
post-template-default,single,single-post,postid-61365,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Benabderrahmane à Paris pour participer au sommet sur le financement des économies africaines

DIA-18 mai 2021: Finalement l’Algérie sera présente aux travaux du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement sur le financement des économies africaines organisé ce mardi à Paris. Le président de la République Abdelamadjid Tebboune a été officiellement invité par le président Emmanuel Macron et c’est le ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, qui s’est rendu lundi à Paris, pour représenter le chef de l’Etat. Cette rencontre de haut niveau, qui se tient mardi à la capitale française, réunira les chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que des représentants de pays africains et de certains pays avancés. Elle verra également la participation de hauts responsables d’organisations internationales et régionales, a précisé la même source.

L’objectif de cette rencontre “est d’offrir une occasion pour les participants d’échanger sur les nouvelles solutions pour assurer une reprise économique et un financement plus durable des économies africaines, notamment dans ce contexte de crise”, provoqué par la Covid-19, a souligné le ministère.

La rencontre constituera également “une plateforme pour les dirigeants africains d’exposer les préoccupations du continent en matière de développement post-pandémique”.

L’idée de cette conférence a germé en automne dernier lorsque le Fonds monétaire international (FMI) a établi que le continent africain risque de se heurter à un déficit de financement d’environ 290 milliards de dollars d’ici 2023, a rappelé la même source.

Le communiqué rappelle que la croissance du continent, qui a reculé l’année passée (-2,1 %) pour la première fois en un demi-siècle, devrait rebondir en 2021 et 2022, et que le moratoire sur le service de la dette publique adopté par le G-20, est de nature à accorder pour nombre de pays un sursis.

Toutefois, ces mesures demeurent “insuffisantes pour contrebalancer les effets dévastateurs de la crise sanitaire qui a charrié dans son sillage une crise économique sans précédent”, a tenue à relevé le ministère.

Ainsi, la recherche de solutions novatrices à même d’assurer les liquidités nécessaires pour faire face aux besoins de la lutte contre la pandémie et permettre une relance d’une croissance pérenne et d’un développement durable de l’Afrique, sera au coeur des discussions du sommet de Paris, note la même source.

1 Comment

  • Mellah hocine
    19 mai 2021 10:05

    Et pourtant , votre dernier article sur le sujet révèle une toute autre démarche de l’Algérie , je rappelle :
    “l’Algérie qui est actuellement en froid avec la France, ne souhaite pas participer à une réunion de haut niveau à Paris. Il faut rappeler que l’Algérie a reporté à deux reprises la 5ème session du Comité intergouvernemental de haut niveau France-Algérie (CIHN) qui ne s’est pas tenue depuis 2018. ”
    Au final , l’Algérie ne peut pas se passer de la France et inversement.
    Nos gouvernants soufflent le chaud et le froid en même temps .
    Quand est ce que notre pays , l’Algérie , se tiendra en interlocuteur responsable et indépendant ?

Envoyer un commentaire

0Shares