DIA | Benbouzid tire la sonnette d’alarme et évoque le manque d’oxygène dans les hôpitaux (Vidéo)
63181
post-template-default,single,single-post,postid-63181,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Benbouzid tire la sonnette d’alarme et évoque le manque d’oxygène dans les hôpitaux (Vidéo)

DIA-21 juillet 2021: Le ministre de la Santé,  Abderrahmane Benbouzid, a tiré la sonnette  d’alarme quant à la situation épidémiologique en Algérie. Il a qualifié ce mercredi la situation d’alarmante et préoccupante, en raison d’une effroyable augmentation des nouveaux cas de contamination, mais aussi de décès au Covid.

Hier, mardi, l’Algérie avait enregistré un bilan macabre de près de 1 300 nouveaux cas et 23 morts en 24 heures. La tendance haussière devrait se poursuivre dans les prochains jours, ont averti plusieurs médecins et spécialistes, d’où la sortie médiatique du ministre qui n’a pas caché son inquiétude.

Il faut aussi reconnaitre que le ministère de la Santé porte une grande responsabilité dans cette situation, quand on sait qu’il n’avait pas élaboré de stratégie pour maintenir le même degré de vigilance quand les cas des contaminations enregistraient une tendance baissière.

Pour le ministre, la solution consiste en la vaccination qui demeure le moyen le plus efficace pour lutter contre la pandémie.

Cependant, le ministre n’a, à aucun moment, appelé au durcissement des mesures de confinement, sachant que les pays qui sont sortis de cette pandémie avait imposé un confinement strict aux populations.

Aussi, la situation en Algérie a empiré en raison de la pénurie de l’oxygène. Le ministère de la Santé et celui de l’Industrie pharmaceutique auront failli à leur mission dans la mesure où ils n’ont pas tiré les enseignements de la première vague qu’avait connue l’Algérie en novembre dernier, quand l’oxygène était devenu une denrée rare.

N’ayant pas investi dans ce créneau, le même problème se pose actuellement avec une pénurie d’oxygène face à la recrudescence des nouvelles contaminations au Covid.

Amir Hani

0Shares