DIA | Variant Delta : l’OMS prévoit une aggravation de la situation dans les prochaines semaines 
63185
post-template-default,single,single-post,postid-63185,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Variant Delta : l’OMS prévoit une aggravation de la situation dans les prochaines semaines 

DIA-22 juillet 2021: L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde contre le nouveau variant Delta qui risque de faire des ravages dans les prochains mois. Ce variant est virulent et risque de faire des dégâts notamment dans les pays où l’opération de la vaccination accuse un retard.

Selon l’OMS, ce variant est très contagieux et sera prédominant dans les prochains mois. C’est un virus qui est d’ores et déjà à l’origine de plus des trois quarts des nouveaux cas de Covid dans de nombreux grands pays.

Détecté en Inde, ce variant est désormais présent dans 124 pays et territoires, soit 13 de plus que la semaine dernière. C’est dire toute la vitesse de sa propagation. En ce sens, l’OMS s’attend à ce que ce variant supplante rapidement les autres variants et devienne la lignée dominante du Covid en circulation ces prochains mois.

Le variant Delta est à l’origine de plus de 75% des nouveaux cas en Inde, en Chine, en Russie, en Indonésie, en Australie, au Bangladesh, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, en Australie et au Portugal.

Cela donne 3,4 millions nouveaux cas supplémentaires de Covid recensés en une semaine, soit  du 12 au 18 juillet. “A ce rythme, on s’attend à ce que le nombre cumulé des cas signalés (depuis le début de la pandémie) dans le monde puisse dépasser les 200 millions dans les trois prochaines semaines”, a averti l’OMS.

Celle-ci explique cette tendance par quatre facteurs : des variants plus transmissibles, un relâchement au niveau des mesures de santé publique, une plus forte interaction sociale et le fait que beaucoup de personnes ne soient pas vaccinées.

En Algérie, c’est ce variant qui est à l’origine de la 3e vague que connait le pays. Le ministre de la Santé n’a pas caché son inquiétude quant à l’aggravation de la situation dans les prochains jours.

Au moment où les pays touchés par ce variant durcissent les mesures de confinement et de lutte contre sa propagation, en Algérie le confinement partiel à domicile n’a été écourté que d’une heure, passant de 23h à 4h au lieu de minuit à 4h. Plusieurs spécialistes et médecins ont appelé à revenir aux mesures appliquées l’année dernière à la même période, ce qui avait donné des résultats probants. Faut-il attendre que la situation devienne ingérable pour imposer des mesures draconiennes ?

Mohamed Nassim

Envoyer un commentaire

0Shares