DIA | Bruno Bernard, défenseur de la Francophonie critique la démarche d’angliciser l’Université Algérienne
44457
post-template-default,single,single-post,postid-44457,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Bruno Bernard, défenseur de la Francophonie critique la démarche d’angliciser l’Université Algérienne

DIA-31 juillet 2019: A la suite de la décision de l’Université algérienne de favoriser l’anglais au français dans le cursus universitaire, un professeur belge spécialiste en francophonie économique et expert dans le cercle des intervenants de l’OIF, le Dr Bruno Bernard a envoyé une contribution pour réagir et critiquer la démarche des responsables de l’Université Algérienne. Voici le texte intégral: 

« Suite à la décision hallucinante de de passer du français à l’anglais dans les universités algériennes et du manque de » bon sens « de votre Ministre de l´éducation qui devrait se concentrer sur les salaires de ses enseignants et les l’entretient de ses bâtiments scolaires.

Avant toute chose sachez que je ne suis pas français ni anti-langue anglaise, que j´ai publié six méthodes pour apprendre l´anglais dont arabe-anglais au Liban, publié par deux maisons d’édition en Algérie dont les Office Presses Universitaires – OPU et que je suis co-candidat au Prix Nobel d´Économie 2019 avec mon collègue Dr Samuel Mathey pour EZF.

L’Algérie en plus de la stabilité politique caduque a des énormes difficultés structurelles et financières dans l’enseignement dont les étudiants et enseignants souffrent depuis des années.

Comment votre Ministre va-t-il trouver les moyens pour remplacer les livres des bibliothèques, les manuels et surtout ou va-t-il trouver des professeurs en nombre suffisant à un niveau d´excellence d´anglais pour donner les cours universitaires?
D´autant que vers la fin des masters et des doctorats une partie des cours sont en anglais et donnent à l’international des résultats très bons.
Les diplômés algériens sont souvent en fin d´études tri-lingues arabe, français et anglais et appréciés à l´étranger , pourquoi vouloir tout changer si les résultats sont là?

Par son histoire, ses voisins, ses échanges avec les pays francophones (Belgique, Suisse, France , Canada, Liban, Tunisie , Maroc, Sénégal, Tchad, Mali, Mauritanie…)  le pays est naturellement francophones ce qui donne aux étudiants une facilité pour des études accessibles.
Il suffit de demander les chaines de télévisions regardées à la maison et d´un simple regard comprendre que le téléspectateur algérien ne passe pas ses journées sur CNN ou de regarder la presse dans les kiosques  pour voir les quelques revues en anglais perdues dans la marée arabe ou francophone …La Chine pousse à l´usage du français comme jamais et propose des chaines 100% francophones vers l´Afrique et bonus donne des bourses aux africains francophones pour venir en Chine dans des sections qui leurs sont dédiées.

L´accès aux visas pour étudier ailleurs ou des échanges est plus facile car les pays anglophones repoussent les algériens cf États-Unis , Royaume-Unis qui ne donnent que difficilement des visas d´étude ou de travail contrairement au Luxembourg, France, Belgique , Suisse, Canada, Monaco…

En essayant de passer tout l´enseignement à l’anglais, le Ministre va mettre en péril le niveau de formation des classes moyennes et populaires qui n´auront pas les moyens de se payer des professeurs particuliers dès l´enfance ou des voyages à l´étranger. Il y aura des universités privées avec des professeurs étrangers pour une minorité face à des universités d´états avec des professeurs qui feront ce qu´ils peuvent mais pas assez nombreux au niveau pour enseigner avec excellence sans moyens techniques de support.

La discrimination actuelle ne fera que s´amplifier avec force, laissant sur le bord de la route de la réussite les classes moyennes et populaires.

La Francophonie est dans une croissance aussi bien démographique ,1 milliard de locuteurs en 2050,  que de croissance économique +7% , démocratiquement africaine car la France ne pèse plus guère avec ses 60 millions de personnes face au 270 millions de francophones hors hexagone…
Donc opter pour la francophonie n´est pas du tout se soumettre au passé mais aller vers l´avenir. « Le français est notre butin de guerre » comme l’écrivait Kateb Yacine que je cite dans un de mes livres de marketing publié sur le Maghreb.

La moitié de l´Afrique sera bientôt francophones , la langue anglaise devient de plus en plus un puzzle ou les indiens, américains ou anglais vont vers des
différences lexicales de plus en plus opposées et l´Algérie comme souvent va aller chercher la piste des difficultés inutiles (un peu comme elle avait chois le socialisme alors que l´URSS s´écroulait).

Il est grand temps que votre Grand et Formidable pays entre dans la réalité et sorte de sa léthargie mentale pour que sa jeunesse puisse enfin vivre comme les autres pays. Depuis 20 ans que je me rend en Algérie pour former vos étudiants, entrepreneurs je ne vois AUCUN changement, aucun espoir que des mauvais choix et un appauvrissement.

Ce n´est pas en prenant des décisions radicales contraires au bon sens et à mauvaises pour le peuple que l´Algérie va accéder aux standards de vie
qui lui sont dus par la vie.Avec le niveau de qualification de vos élites universitaires et la richesse du pays le PNB par habitant devrait être égal à l´Italie sans soucis.

Il faut que au lieu de passer à l´anglais que l´Algérie rejoigne l´Organisation Internationale de la Francophonie et deviennent le troisième pays en terme de population francophone. Avec se pouvoir démographique , elle aura son mot à dire alors que dans le monde anglophone elle sera ignorée.
La Tunisie inaugure à la rentrée son Université franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée , c´est un signal fort.

La méditerranée est une mer francophone qui compte plus de dix pays de l´OIF pour deux pays anglophones idem pour la majorité des voisins de l´Algérie sont francophones. Rien que sur ce point la simple vue d´une carte devrait pousser votre Ministre à comprendre la direction à prendre et non vivre en dehors de la réalité de terrain.
Avec le Brexit l anglais est naturellement sorti de l´Europe et les visa Schengen donnent accès en Europe à plus de 20 pays membres de l´OIF. Vous pouvez étudier en dans la langue de Molière en Bulgarie, Roumanie, Luxembourg, Allemagne aussi bien la médecine que la finance. La formation actuelle avec l´anglais en fin de parcours est idéale et parfaite pour des diplômés formés pour leur environnement économique et scientifique.

Le peuple algérien doit impérativement montrer que il veut garder les structures actuelles en payant mieux ses professeurs et non tout changer sans moyen.

Professeur Bruno Bernard Dr H.C. Co-candidat au Prix Nobel d´économie 2019 avec Samuel Mathey pour EZF Belgique

0Shares