DIA | La Conférence nationale promise par le Président Bouteflika fait saliver l’opposition
40116
post-template-default,single,single-post,postid-40116,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La Conférence nationale promise par le Président Bouteflika fait saliver l’opposition

DIA-15 février 2019: L’attitude des partis d’opposition et de plusieurs personnalités politiques et nationales a subitement changé après le message à la nation du Président Abdelaziz Bouteflika. Le chef de l’Etat qui avait annoncé dans ce message sa candidature pour un 5e mandat à la présidentielle du 18 avril prochain, avait également annoncé l’organisation d’une conférence nationale qui réunirait tous les acteurs politiques, notamment l’opposition afin d’aboutir à une série de réformes. Cette conférence sera organisée à une seule condition, si le Président Bouteflika sera réélu pour un nouveau mandat.
Après cette annonce, des partis politiques et personnalités qui avaient lancé des appels pour le boycott de l’élection présidentielle au cas où le Président Bouteflika se présente, ont changé d’attitude à l’image des partis coalisés au sein du groupe Mouatana que coordonne le président de Jil Jadid, Djilali Sofiane.
Après avoir appelé au boycott, Djilali Sofiane a estimé que les décisions des partis sont souveraines et individuelles et chacun d’entre eux est libre d’adopter l’attitude qu’il juge la plus indiquée. En vérité, la promesse de la tenue d’une conférence nationale qui réunirait toutes les forces vives du pays, a encouragé les partis d’opposition à aller vers les élections du 18 avril prochain.
Ainsi, ils auront la possibilité d’être associés à la conférence nationale qui aboutira à des réformes politiques, économiques et sociales profondes dont l’éventualité de la révision de la Constitution. Cela laisse supposer, que le Président Bouteflika désignera, au cas où il sera réélu, un gouvernement d’union nationale.
En termes plus clairs, des partis politiques et des personnalités nationales devraient faire partie de ce gouvernement. Mieux encore, la probable révision de la Constitution devrait instituer le poste de vice-président.
Toutes ces nouveautés, qui seront consacrées par la conférence nationale promise par le Président Bouteflika, font courir les partis d’opposition ainsi que des personnalités politiques. Cela explique le retour sur scène de plusieurs partis et personnalités, à l’exemple de Mouloud Hamrouche ou encore Said Saadi… 
Amir Hani 
0Shares