DIA | Contrairement aux chefs d’Etat africains, les présidents algériens meurent dans leur pays   
64889
post-template-default,single,single-post,postid-64889,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Contrairement aux chefs d’Etat africains, les présidents algériens meurent dans leur pays   

DIA-19 septembre 2021: Contrairement aux présidents des pays africains voire arabes, les présidents algériens meurent dans leur pays et sont enterrés dans la terre qui les a vus naitre. De Ferhat Abbas à Abdelaziz Bouteflika,  aucun président algérien n’est mort dans l’exil ou enterré en dehors du pays.

Mieux encore, les anciens présidents algériens ont eu tous droit à des obsèques nationales et officielles, à l’exception du premier président de la République algérienne démocratique et populaire Ferhat Abbes et du président du gouvernement provisoire algérien, Benyoucef Benkhedda.

Dans les autres pays africains et arabes, les présidents meurent en dehors de leur pays. Pis encore, ils sont exilés à l’exemple de m’ancien président de la Tunisie, Zine El Abidine Benali.

L’ancien président du Burkina Faso, Blaise Compaoré a été contraint à l’exil en Côte d’Ivoire, après 37 ans de règne, de même que Benali de la Tunisie qui est mort en Arabie saoudite. L’ancien président de la Centrafrique, François Bozizé, s’est exilé au Cameroun, le président malgache Didier Ratsiraka en France, l’ancien chef de l’Etat du Zaire, Mobuto Sese Seko est mort au Maroc, le chef d’Etat tchadien Hissène Habré au Sénégal et Amadou Toumani Touré du Mali au Sénégal.

Ce qui n’est pas le cas des présidents algériens. En ce sens, Bouteflika qui a été contraint à la démission en 2019, après le soulèvement populaire. Bien qu’il ait été empêché par le hirak de briguer un 5e mandat, Abdelaziz Bouteflika a eu droit à des obsèques nationales, mais dans la discrétion.

Les cameramen et les photographes n’ont pas été autorisés à accéder au cimetière d’EL Alia où Bouteflika a été inhumé en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune et de  plusieurs hauts responsables de l’Etat, afin d’éviter la diffusion en direct de la cérémonie funèbre.

Amir Hani

1 Comment

  • Mellah hocine
    20 septembre 2021 15:35

    Drôle de comparaison sur un sujet qui n’est pas d’ordre d’un humain , mais bien de la divinité.
    Drôle de comparaison avec des présidents qui ont régné sur leur pays comme des Pachas intouchables pour ne pas dire des maîtres absolus.
    L’ex-président burkinabé Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire, a été jugé pour l’assassinat de son prédécesseur, Thomas Sankara, lors du coup d’Etat de 1987 qui l’a porté au pouvoir.
    Le deuxième président tunisien, Zine el Abidine Ben Ali, a été contraint de fuir le pays lors du soulèvement populaire du début 2011 qui a déclenché le printemps arabe. Vingt-trois ans plus tôt, il avait évincé son prédécesseur, Habib Bourguiba..
    François Bozizé, Le président de Centrafrique n’a pas su construire une base populaire dans un pays miné par la misère, ni même dans la classe politique, rebutée par son autoritarisme et son népotisme.
    L’ex-président malgache Didier Ratsiraka,, Le Monde écrivait de lui, en 2002 : « Porté à la tête de l’Etat par une junte militaire en 1975, ce “marin de métier, politicien de fortune”, tel qu’il se définit, naviguera à vue pendant près d’un quart de siècle, faisant dériver la Grande Ile de plus en plus au large du modèle français.
    Mobutu Sese Seko. Tyran sanguinaire, mais allié fidèle de l’Occident, il avait fait de la colonie belge du Congo le Zaïre, un immense Etat dont il ne sut pas faire fructifier les richesses et unifier les populations et qui sombra dans le chaos.
    Hissène Habré avait été jugé puis condamné pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité et condamné lors d’un procès sans précédent par les Chambres extraordinaires africaines (CAE), le 27 avril 2017..
    Amadou Toumani Touré est arrivé au pouvoir en participant à un coup d’État contre le général Moussa Traoré..Après les élections présidentielles de 1992, il a cédé le pouvoir au président nouvellement élu Alpha Oumar Konaré.
    Il a été surnommé le “soldat de la démocratie”..

    Le soldat de la démocratie , voilà le titre du seul président parmi les autres décédés à l’extérieur de leur pays .
    Personne , absolument personne ne peut prévoir la date , le comment et le lieu de son décès.
    A bon entendeur

Envoyer un commentaire

0Shares