DIA | Covid-19 : Plusieurs enseignants hésitent encore à se faire vacciner
64925
post-template-default,single,single-post,postid-64925,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Covid-19 : Plusieurs enseignants hésitent encore à se faire vacciner

DIA-22 septembre 2021: Plusieurs enseignants hésitent encore de se faire vacciner contre le Covid-19, alors que toutes les dispositions ont été prises pour faciliter l’opération de vaccination à travers l’ensemble des écoles du pays. Il s’agit notamment des jeunes enseignants de moins de 40 ans qui sont récalcitrants au vaccin. Ils estiment qu’ils ne sont pas aussi vulnérables que les personnes âgées.

Ces enseignants ont justifié leur hésitation ou refus par le fait que le vaccin n’est pas une obligation mais un choix personnel.

Jusqu’à dimanche 20 septembre, soit à deux jours de la rentrée scolaire, l’opération de vaccination des personnels de l’Education nationale contre la Covid-19 a abouti à la vaccination de plus de 80.000 employés, fonctionnaires et enseignants, ce qui représente près de 11% des 740.000 fonctionnaires que compte le secteur.

La cartographie de vaccination propre au secteur et élaborée en coordination avec le ministère de la Santé, comprend toutes les 1 433 unités de dépistage existantes au niveau national, 41 centres de médecine du travail et 16 centres médicaux des œuvres sociales des travailleurs de l’Education.

Un appel a été lancé par les autorités du pays aux personnels de l’Education nationale afin de se faire vacciner, allant jusqu’à mobiliser des médecins au niveau des établissements scolaires pour convaincre ceux qui hésitent encore de se faire vacciner. Il est vrai que le vaccin n’est pas une obligation, mais il est fortement recommandé par les autorités, comme de par le monde.

Pour rappel, la rentrée scoalire a été décalée de deux semaines de manière à permettre à tous les personnels de l’Education nationale de se faire vacciner. Mieux encore, les retardataires ont la possibilité de recevoir ce vaccin au sein de l’école où ils exercent du fait de la mobilisation des équipes médicales à cet effet.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait appelé lors de la dernière réunion du Conseil des ministres à “la vaccination de l’ensemble des enseignants des secteurs de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, ainsi que les étudiants universitaires, avant les deux rentrées scolaire et universitaire”.

De son côté, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed a insisté sur “la poursuite de l’opération de vaccination au profit du personnel de l’Education”, ajoutant qu'”après consultation du Premier ministère, et coordination avec le ministère de la santé, il a été décidé du maintien du déplacement des médecins, au niveau des établissements scolaires”.

Il faut relever que dans d’autres pays, la réflexion de vacciner les enfants est déjà engagée…

Amir Hani

1 Comment

  • Mellah hocine
    22 septembre 2021 11:00

    ” Ces enseignants ont justifié leur hésitation ou refus par le fait que le vaccin n’est pas une obligation mais un choix personnel.” Le choix d’être enseignants impose à tout ce personnel de faire le vaccin faute de quoi les pouvoirs publics ont le choix de ne pas les laisser accéder aux établissements.
    C’est le genre de personne qui suit ce qui se passe en France , alors que les conditions environnementales ne sont guère les mêmes. Les droits et les devoirs du citoyen français ne sont pas les mêmes que ceux du citoyen algérien , alors de grâce il ne faudrait pas jouer avec la santé de tous.

Envoyer un commentaire

0Shares