DIA | COVID : Face à la dégradation de la situation sanitaire, faut-il continuer de donner le bilan officiel du ministère de la Santé ?
63380
post-template-default,single,single-post,postid-63380,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

COVID : Face à la dégradation de la situation sanitaire, faut-il continuer de donner le bilan officiel du ministère de la Santé ?

DIA-27 juillet 2021: Tous les médecins et spécialistes de la santé en Algérie sont unanimes à dire que les chiffres donné par le ministère de la Santé concernant le nombre des nouvelles contaminations et de morts  ne reflètent pas la réalité.

Il est vrai que pratiquement tous les jours des records macabres sont enregistrés, mais les chiffres sont malheureusement faux. Pour les dernières 24 heures, le nombre de nouveaux cas a atteint les 1 544 et celui des morts est de 25, selon un communiqué du ministère de la Santé.

Or, des médecins et des spécialistes qui exercent dans des structures de la santé publique postent des vidéos dans lesquelles ils exhortent les citoyens à respecter scrupuleusement les mesures de lutte anti-Covid tout en décriant les chiffres avancés par le ministère de la Santé. Ainsi le Pr. Réda Djidjik, chef de service d’immunologie au CHU de Beni Messous a déclaré : « Il y a actuellement entre 25.000 et 30.000 cas confirmés de COVID par jour en Algérie 

En ce sens, le nombre de morts au niveau nationale, annoncé par le ministère, est enregistré dans un seul hôpital.

Le bilan que donne quotidiennement le ministère gagnerait à être actualisé ou corrigé car il ne reflète pas la réalité. En continuant de communiquer des chiffres faux, le ministère de la Santé risque de porter un coup à la crédibilité des institutions de la République, provoquant la rupture de confiance entre le pouvoir et les citoyens.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares