DIA | Décès de l’écrivain-journaliste Abdelaziz Boubakir
67608
post-template-default,single,single-post,postid-67608,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de l’écrivain-journaliste Abdelaziz Boubakir

DIA-22 juin 2022: L’écrivain-journaliste et enseignant universitaire algérien, Dr Abdelaziz Boubakir, est décédé mardi à l’âge de 65 ans des suites d’une longue maladie, a-t-on appris auprès de ses proches. Le défunt a consacré sa vie à l’écriture, à l’enseignement universitaire, au journalisme et à la traduction, notamment du russe vers l’arabe.

Né à Jijel en 1957, le défunt a commencé ses études dans sa ville natale puis à l’université d’Alger où il a étudié le journalisme et l’information avant de poursuivre son cursus universitaire en Russie. De retour en Algérie, Dr Boubakir a occupé le poste de chef du département audiovisuel à l’Institut des sciences de l’information et de la communication, puis directeur du Centre d’Enseignement Intensif des langues à l’Université d’Alger.

Il a été également rédacteur en chef du journal « El Khabar Hebdo » et de la revue « Maalim » relevant du Haut conseil de la langue arabe (HCLA). Le défunt compte à son actif de nombreux écrits, dont « La littérature algérienne au miroir orientaliste », et « L’Algérie vue par les orientalistes russes ». Il a également traduit de nombreux livres du russe vers l’arabe, dont « L’intelligentsia maghrébine » et « L’élite algérienne au début du XXe siècle ».

Envoyer un commentaire

0Shares