DIA | Décès de Linda de Suza, l’artiste qui avait été interdite de concert en Algérie par l’Ex FIS (Vidéo)
71331
post-template-default,single,single-post,postid-71331,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de Linda de Suza, l’artiste qui avait été interdite de concert en Algérie par l’Ex FIS (Vidéo)

DIA-28 décembre 2022: La chanteuse d’origine portugaise Linda de Suza est morte à l’âge de 74 ans, ont annoncé mercredi 28 décembre son agent et son fils dans un communiqué transmis à l’Agence France-Presse. Elle avait été transférée « très tôt » ce mercredi à l’hôpital de Gisors, dans l’Eure, « pour insuffisance respiratoire » et était « positive au Covid-19 », écrivent-ils.

Très populaire en France dans les années 1980, Linda de Suza avait ému avec le récit de son passage clandestin de la frontière française avec seul bagage une « valise en carton » et avait vendu des millions de disques, essentiellement dans l’Hexagone.

Elle est devenue célèbre en Algérie, pour avoir été la première artiste étrangère à être interdite de se produire, dans les années 90, par les islamistes du FIS. Deux concerts, prévus de longue date et informés à grand renfort d’affichage public. Elle devait donner les 14 et 15 décembre 1989 dans la soirée, ont été annulés in extremis par le Centre de culture et d’information (CCI), qui les avait pourtant organisés avec bonheur puisque toutes les places étaient louées à l’avance. Les  » difficultés techniques majeures  » invoquées par les organisateurs n’ont convaincu personne. Les Algérois ont compris que l’organisme d’Etat, qui gère la salle Atlas où devaient se dérouler les deux spectacles, a cédé aux pressions des intégristes.

Des prêches virulents dans les mosquées de Bab El oued non loin de la salle de spectacle, les propos publiés par El Mounqid, l’organe du Front islamique du salut (FIS), le parti des extrémistes religieux, l’a présentant comme  » la juive  » embusquée derrière l’artiste. Les pressions des intégristes et, plus généralement, l’intolérance ont été dénoncées, le 14 décembre au cours d’une manifestation organisée par le Rassemblement des artistes et intellectuels (RAIS), qui a rassemblé une foule dense devant l’Assemblée populaire nationale (APN). La presse algérienne avait dénoncé, elle aussi depuis la fin novembre, les abus des extrémistes et les violences dont sont souvent victimes les femmes.

Dans son édition de jeudi, le quotidien du soir Horizons, qui consacre une page entière au sujet, s’indigne de l’annulation des concerts de Linda de Suza et se demande si  » cette affaire  » ne risque pas d’ouvrir  » la voie à des forces occultes de tous bords qui entendraient s’ériger par la violence en directeurs de conscience de la nation « .  » Algérie Actualité, l’hebdomadaire le plus libre de ton de la presse algérienne, considère que l’annulation de ces galas intervient dans  » le contexte plus large d’un fascisme rampant  » qui décide sommairement de ce qui est  » halal  » et de ce qui est  » haram « .

L’artiste n’est jamais revenu pour faire un concert en Algérie malgré son immense popularité et la sympathie du public algérien. Sa chanson « comme vous » où elle raconte sa triste vie où elle est passée de femme de ménage à une star de la chanson.

Amel Bouchaib 

Envoyer un commentaire

0Shares