DIA | Décès de Smail Lakhdar Hamina, le directeur photo de “Omar Gatlato” et “Hassan Terro”
65755
post-template-default,single,single-post,postid-65755,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de Smail Lakhdar Hamina, le directeur photo de “Omar Gatlato” et “Hassan Terro”

DIA-15 décembre 2021: Le directeur de photographie Smaïl Lakhdar-Hamina, qui a collaboré à la production de nombreux films algériens à succès, est décédé mardi à Alger à l’âge de 78 ans , a annoncé l’association “lumières”.

Le nom de Smaïl Lakhdar-Hamina figure dans les génériques de nombreux grands films algériens dont “Hassan Terro” réalisé par son frère Mohamed Lakhdar-Hamina en 1968, “Omar Gatlato”  (1976) et “L’homme qui regardait les fenêtres” (1978) de Merzak Allouache, “Le refus” de Mohamed Bouamari (1982) ou encore “Les folles années du Twist” de Mohamed Zemmouri (1982).

En 1988 il a également assuré la direction photo du film “Camp de Thiaroye”, une production sénégalaise coréalisée par Ousmane Sembène et Thierno Faty Sow sur le retour des tirailleurs sénégalais de la seconde guerre mondiale et leur refus du système coloniale.

Plus récemment Smaïl Lakhdar-Hamina a collaboré avec Nadia Cherabi sur le film “L’envers du miroir” (2007) puis avec le jeune réalisateur Nacim Kheddouci sur son court métrage “Créneaux” en 2009.

Smaïl Lakhdar-Hamina sera inhumé mercredi au cimetière de Ben Aknoun à Alger, selon l’association “lumières”.

1 Comment

  • Mellah hocine
    15 décembre 2021 12:23

    La culture , l’art et le cinéma se decrepissent peu a peu et perdent toute cette façade lumineuse qui fut jadis la force de notre cinéma. Des acteurs , des metteurs en scène, des réalisateurs et autres personnels techniques s’en vont sur la pointe des pieds sans laisser derrière eux cette relève tant espérée.
    Nous avons , comme l’impression , ressenti un oubli des services publics pour tout ce beau monde qui tente , tant bien que mal, de maintenir un art en voie de disparition.
    Smail est parti rejoindre son frère et tant d’autres , prions Dieu lui accorder une place en son vaste paradis et condoléances à toute sa famille et la famille du cinéma.

Répondre à Mellah hocine Annuler

0Shares