DIA | Décès de Yamina Chouikh, la réalisatrice du film “Rachida”
66906
post-template-default,single,single-post,postid-66906,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Décès de Yamina Chouikh, la réalisatrice du film “Rachida”

DIA-03 avril 2022: Le monde du cinéma est en deuil, la scénariste et réalisatrice Yamina Bachir-Chouikh  est décédé ce matin des suites d’une longue maladie, a rapporté plusieurs personnalité du cinéma sur leur page facebook.

Née à Alger le 20 mars 1954,  Yamina Bachir-Chouikh fait ses premiers pas dans le cinéma en 1973 en entrant au Centre National du Cinéma algérien, où elle s’initie aux métiers de la profession. Elle est scripte pour deux films importants du cinéma maghrébin: Omar Gatlato (1976) de Merzak Allouache et Vent de sable de Mohamed Lakhdar-Hamina (1982). Elle assume, par la suite, la responsabilité du montage sur la plupart des réalisations de Mohammed Chouikh dont elle deviendra l’épouse: La Citadelle (1989), Youcef ou la légende du septième dormant (1993), L’Arche du désert (1997), Douar de femmes (2005), mais aussi pour Okacha Touita avec Le Cri des hommes (1994).

Sa première réalisation Rachida (2002), traite des années difficiles liées à la montée du terrorisme islamiste en Algérie. Elle connait un retentissement international, et est présenté dans de nombreux festivals : au festival de Cannes 2002 dans la catégorie Un certain regard, au festival miroirs et cinémas d’Afriques de Marseille et au festival du film de Londres où il est primé, etc. En 2010, elle consacre un documentaire de plus d’une heure, Hier… aujourd’hui et demain, à l’engagement des femmes algériennes pendant la guerre d’Algérie.

Femme très engagée dans le combat des femmes cinéastes et la défense du cinéma algérien. Elle a accompagnée le succès de sa fille Yasmine dans sa carrière cinématographique et donné à sa deuxième fille Karima le flambeau de la production.

Suite à cette douloureuse disparition, la rédaction de DIA présente à la famille Chouikh ses sincères condoléances. Que Dieu l’accueille dans son vaste paradis.

Salim Bey 

Envoyer un commentaire

0Shares