DIA | Des notables de Larbaa Nath Irathen remettent un chèque de 3 milliards de centimes à la famille du défunt Bensmain
64290
post-template-default,single,single-post,postid-64290,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Des notables de Larbaa Nath Irathen remettent un chèque de 3 milliards de centimes à la famille du défunt Bensmain

DIA-25 août 2021: Une délégation de notables de Larbaa Nath Irathen (Tizi-Ouzou) s’est déplacée ce mercredi à Miliana (Ain Defla), au domicile du défunt Djamel Bensmain à laquelle ils ont remis un chèque de trois milliards de centimes  (30 millions DA). Il s’agit d’une Diya (prix du sang) remise à la famille.

La délégation était conduite par des imams à leur tête Said Bouizri, président du Conseil scientifique et président du Conseil de la Fatwa auprès du Haut Conseil Islamique (HCI), Mechnane Mohend Ou Idir, conseiller du ministre des Affaires religieuses et des wakfs, Zeghdani Mohamed, directeur adjoint auprès du même ministère, Aissa Bouaicha, directeur des Affaires religieuses de la wilaya de Tizi-Ouzou, le président de l’Assemblé populaire communale de Larbaa Nath Irathen et ses adjoints, et un groupe d’imams et de notables de différentes communes et daïras de Tizi-Ouzou.

Les membres de cette délégation ont présenté en leurs noms et au noms des habitants de la wilaya de Tizi Ouzou leurs condoléances, à la famille du défunt Djamel Bensmain, assassiné dernièrement dans un crime odieux.

Dans le même temps, l’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Tizi-Ouzou a annoncé avoir créé un Prix pour la Paix, la Fraternité et l’Unité, décerné, dans sa première édition, au père du défunt Djamel Bensmain.

Intervenant à l’ouverture d’une session extraordinaire de l’APW, consacrée aux derniers incendies du 9 août qui ont touché une trentaine de communes de la wilaya pendant plus d’une semaine, le président de cette assemblée élue, Youcef Aouchiche, a indiqué que ce Prix de la Paix est décerné au père de Djamel Bensmain, pour son rôle déterminant, après l’assassinat “abject” de son fils, dans “l’extinction de la Fitna (discorde)”, entre les enfants de l’Algérie.

“Malgré son drame et son chagrin, le père de Djamel Bensmain a fait preuve d’un sens élevé de patriotisme, de sagesse et de tolérance. Il a intervenu et a mis fin à la Fitna, que certains cercles voulaient promouvoir entre les enfants du peuple d’un même pays”, a souligné le président d’APW.

Mohamed Nassim

1 Comment

  • Mellah hocine
    26 août 2021 11:08

    Hocine Ait Ahmed , Allah irrahmou , écrivait ceci :
    ” Il est plus que jamais temps de mettre à nu les pratiques de dépolitisation et de désarmement moral propagées par les tenants de la violence.. C’est pour que l’Algérie n’ait plus jamais à payer un tel prix pour la maitrise de son destin, qu’il incombe aux algériens, dans la diversité de leurs convictions et de leurs appartenances, d’indiquer clairement la voie de la construction politique en alternative à la voie de la confusion et de la violence.
    Il serait grave d’oublier le lourd tribut payé par les algériens depuis des décennies. Grave de considérer ces années de terreur et de folie comme une « simple erreur de parcours » sur laquelle il faut pudiquement tourner la page. Croire cela possible c’est insulter autant l’humanité de ce peuple que son sens politique. A chaque fois que cela sera nécessaire il faudra apporter les clarifications indispensables à une véritable construction politique nationale, démocratique, populaire et pacifique.
    Les luttes anti- coloniales ont abouti à des libérations inachevées. La liberté conquise de haute lutte par les peuples ne s’est pas inscrite dans des Etats, des institutions et des textes capables de les mettre à l’abri des forces hostiles à l’émancipation des peuples, des sociétés et des individus..
    Ce qui est sacré, ce n’est plus seulement le sang déjà versé, c’est aussi la construction d’un système politique qui rende sacrée la préservation du sang des algériens. Et cela ne sera possible que dans le cadre d’un Etat de droit, construit précisément par les gens pour respecter et faire respecter le droit des gens..”

    Fin connaisseur de la vie politique,Hocine Ait Ahmed etait indubitablement une référence en la matière..

Envoyer un commentaire

0Shares