DIA | Exclusif: Dans les coulisses de l’interview du président Tebboune sur France 24
52703
post-template-default,single,single-post,postid-52703,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Exclusif: Dans les coulisses de l’interview du président Tebboune sur France 24

DIA-06 juillet 2020: Plus de 48 heures après l’interview du président Abdelmadjid Tebboune sur France24, plusieurs professionnels et journalistes algériens se sont interrogés sur le deal entre la présidence et la chaîne publique française d’information continue. Comment l’interview a été décrochée par la direction de la chaîne française au moment où les autorités algériennes étaient encore sous le choc après la campagne audiovisuelle contre l’Algérie à travers France 5 et LCP mais aussi après l’intervention controversée du franco-algérien Francis Ghilas ?

En réalité, l’interview de Tebboune sur France 24 devait avoir lieu le 26 mars dernier, mais elle a été retardée à cause du Coronavirus. Entre temps certains lobbys opposés à la « normalisation » entre Paris et le nouveau président algérien, avaient planifiée une intervention de Francis Ghilas pour justement couper les liens entre Alger et France 24.

Il faut dire qu’entre France 24 et l’Algérie c’est une vieille histoire. La chaîne qui fait partie du groupe France médias Monde est dirigée par une française née en Algérie, Marie-Christine Saragosse, qui avait d’excellentes relations avec les autorités algériennes entre 2012 et 2017. Durant cette période, France 24 avait réalisé des reportages et des émissions de qualité sur l’Algérie. Même si parfois certains sujets étaient teintés de désinformations et d’opinions opposées. Sans correspondant depuis le 30 septembre 2019, la chaîne était divisée entre la rédaction francophone et sa rédaction arabophone. Depuis quelques années, des correspondants pour la rédaction arabophone se sont imposés à Alger, alors que les sujets les plus pointus et les plus mal appréciés étaient réalisé par la chaîne francophone.

Pour relancer les relations entre Alger et France 24, il fallait réalisé un coup médiatique et avoir des garanties politiques pour cela. Les derniers échanges entre les présidents Tebboune et Macron et surtout le rapatriement des crânes des 24 martyrs ont été les gestes qui ont accéléré la réconciliation entre Alger et France24. Et ça s’est décidé rapidement avant le 5 juillet et surtout dans la discrétion la plus totale.

L’affaire a démarré à Paris dans les bureaux du directeur de France 24, Marc Saikali et sous la direction de la PDG du groupe FMM, Marie-Christine Saragosse qui entendait rétablir les ponts entre elle et les nouveaux dirigeants à Alger.

Très vite Paris contacte l’agence libanaise « Median Group » chargée par France 24 pour les couvertures et les grands entretiens pour organiser la logistique. Et pour l’interview, la direction de France 24 a choisi un journaliste très expérimenté et chevronné Marc Perelman. C’est notamment lui qui avait fait l’interview récemment avec le président Tunisien à Paris Caid Essebssi. Il devait même faire une interview avec Haftar à Benghazi, mais ce dernier s’est rétracté à la dernière minute et le journaliste est reparti bredouille à Paris.

C’est donc à Alger que le journaliste a atterri un vendredi à 13h pour réaliser une interview très sensible avec le président algérien. Il faut dire que les autorités algériennes ont accordé toutes les autorisations d’entrée aux frontières, les visa et surtout les autorisations pour réaliser l’interview avec le président algérien. Par mesure de sécurité, le journaliste, son assistant français et l’équipe technique algérienne chargée de la captation ont été soumis à un test de vérification au covid 19, avant le rendez-vous.

Il faut dire que l’agence libanaise a sollicité une société algérienne dirigée par un journaliste expérimenté dans le domaine audiovisuel Ramdane Rahmouni, pour réaliser la captation de l’entretien. L’équipe technique algérienne et le journaliste français sont arrivés au siège de la présidence le samedi à 9h et ont été soumis aux mesures de désinfection et de sécurité. Après avoir choisi le décor du plateau, le tournage a commencé à 13h. Les équipes de sécurité mais aussi, l’équipe de communication de la Présidence conduite par Kamel Sidi Said étaient aux petits soins avec l’équipe journalistique. Le journaliste Marc Perelman a été surpris par le professionnalisme des services de la présidence. Contre toute attente, le journaliste n’a subi aucune pression et il a pu poser toutes les questions qu’il souhaitait sans aucun problème. En l’espace de 26 minutes, le président Tebboune a pu aborder tous les sujets sensibles et épineux et faire passer tous les messages au-delà de la méditerranée et aux frontières Ouest et Est du pays. Après la fin de l’entretien, Marc Perelman a pu apprécier un moment de détente en prenant le café avec le président Tebboune, découvrant une personnalité affable et décontractée.

En moins d’une demi journée, les images de l’interview ont été très vite envoyées à Paris à la direction de France 24, qui a apprécié la qualité technique et artistique de l’interview et surtout le contenu très diplomatique qui conforte la nouvelle relation entre Paris et Alger, elle a donc décidé de programmer le sujet le jour même à 19h avec la mention Exclusif. Les retombées médiatiques de cette interview ont été bénéfiques pour les relations algéro-françaises et surtout elles ont ouvert une nouvelle page des relations médiatiques entre Alger et France 24.

S.B

0Shares