DIA | Guerre d’Algérie: «pas question d’écrire une histoire commune», selon Benjamin Stora 
53762
post-template-default,single,single-post,postid-53762,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Guerre d’Algérie: «pas question d’écrire une histoire commune», selon Benjamin Stora 

DIA- 10 Août 2020: Il n’est «pas question d’écrire une histoire commune de l’Algérie», dans le cadre de la mission qui lui a été confiée par l’Elysée pour favoriser une réconciliation franco-algérienne, affirme lundi 10 août l’historien français Benjamin Stora dans une interview à un média algérien.

Benjamin Stora a été chargé par le président français Emmanuel Macron de «dresser un état des lieux juste et précis du chemin accompli en France sur la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie». Dans une démarche parallèle, le président Abdelmadjid Tebboune a nommé un spécialiste, Abdelmadjid Chikhi, directeur général des archives algériennes, pour mener un travail de «vérité» sur les questions mémorielles entre les deux pays.

«La bataille pour la décolonisation des imaginaires est une entreprise de longue durée»
«Dans la mission confiée par le président français, Emmanuel Macron, je dois remettre un rapport faisant un état des lieux sur l’histoire des rapports entre la France et l’Algérie», explique Benjamin Stora, dans une interview au quotidien francophone Le Soir d’Algérie. «Il n’est pas question d’écrire une histoire commune de l’Algérie, mais d’envisager des actions culturelles sur des sujets précis, à déterminer, comme par exemple les archives ou la question des disparus», souligne l’historien.

Dans un récent entretien avec l’AFP, Abdelmadjid Chikhi a lui aussi estimé qu’«il ne s’agit pas d’écrire l’Histoire» mais «de voir comment amener les deux pays à gérer leurs mémoires». Dans la même interview, Benjamin Stora, qui a été critiqué pour avoir une vision «partiale» de la guerre d’Algérie, attribue les attaques dont il a fait l’objet aux «héritiers des ultras de l’Algérie française qui n’ont jamais accepté l’indépendance». «La bataille pour la décolonisation des imaginaires est une entreprise de longue durée», observe-t-il. Né en 1950 à Constantine en Algérie, Benjamin Stora est l’un des spécialistes les plus réputés de l’histoire de l’Algérie, en particulier de la guerre (1954-1962) qui déboucha sur l’indépendance du pays.

0Shares