DIA | Hausse des prix des carburants, du poulet et de…la levure chimique !
51349
post-template-default,single,single-post,postid-51349,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Hausse des prix des carburants, du poulet et de…la levure chimique !

DIA-13 mai 2020: En ces temps de crise et de pandémie du coronavirus, les Algériens ont plutôt besoin de bonnes nouvelles à même de leur remonter le moral. Cependant, il n’y a point de bonnes nouvelles, mais plutôt des nouvelles pas du tout bonnes à entendre.

En plus de la pandémie du Covid-19 qui continue de faire des morts et de la hausse des prix durant le mois de Ramadhan, les Algériens ne sont pas au bout de leurs peines, puisque des augmentations sur les carburants sont annoncées dans la nouvelle loi de finances complémentaire (PLFC).

Ces augmentations se répercuteront sur les autres produits et services, ce qui provoquera d’autres augmentations en ces temps de crise. Selon le PLFC, le prix d’un litre d’essence connaîtra une augmentation de 3 DA, alors que celui du Gasoil connaîtra une hausse de 5 DA.

Les nouveaux prix des carburants seront de 41,94 DA le litre pour l’essence normale, 44,97 DA pour l’essence super, 44 DA pour l’essence sans plomb, alors que le prix du litre de gasoil sera de 28,06 DA.

Il faut relever que ces augmentations viennent accabler les Algériens, déjà affectés par la crise du Covid-19. Plusieurs journaliers et travailleurs non déclarés souffrent de cette situation et sont tombés dans la précarité, sachant que l’informel représente plus de la moitié de l’économie nationale. Sans ressources depuis plus de deux mois, ceux qui exercent dans l’économie informelle ou pratiquent des fonctions libérales ne peuvent plus supporter cette situation, laquelle est davantage aggravée par la hausse des prix.

Les spéculateurs et la mafia qui ont une mainmise sur l’économie du pays ont ainsi décidé de relever le prix du poulet qui a enregistré une hausse entre 150 et 200 DA en l’espace de 48 heures. Une hausse qui a surpris les Pouvoirs publics, lesquels n’arrivent pas à expliquer ce revirement de situation.

Pis encore, la levure chimique (Nouara) qui était écoulée à 5 DA le sachet, est passée du simple au double, soit 10 DA. Dans un premier temps, il y a eu pénurie de cette levure chimique pour des raisons inexpliquées. Une fois qu’elle est livrée, les Algériens étaient étonnés de voir le prix d’un petit sachet de levure chimique passer du simple au double.

Une situation qui interpelle directement les Pouvoirs, publics dans la mesure où il y a une anarchie dans le commerce algérien que le ministère de tutelle a du mal à maitriser. En attendant, c’est le pauvre consommateur qui trinque.

Amir Hani 

0Shares