DIA | Hirak et organisation des marches: le ministère de l’Intérieur rappelle l’impératif respect des procédures légales
61120
post-template-default,single,single-post,postid-61120,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Hirak et organisation des marches: le ministère de l’Intérieur rappelle l’impératif respect des procédures légales

DIA-09 mai 2021: Désormais l’organisation des marches notamment le hirak reste soumise à des procédures légales bien précises. Il semble toutefois que cela sera appliquée notamment dans la capitale où des «dérapages” ont été relevés. Il en est de même dans les grandes villes.

En ce sens, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire a indiqué ce dimanche, dans un communiqué, que les organisateurs des marches sont tenus à la déclaration, auprès des services compétents, des noms des responsables de l’organisation de la marche et des horaires du début et de la fin de la marche. Le non-respect de ces procédures “dénue la marche de tout caractère légal”, précise le ministère.

“Il a été constaté récemment que les marches hebdomadaires commencent à enregistrer de graves dérapages et dérives en termes d’indifférence aux désagréments causés aux citoyens et d’atteintes aux libertés du fait d’individus changeant, à tout moment, l’itinéraire sous prétexte d’être libres de marcher dans n’importe quelle direction et à travers n’importe quel axe, ce qui est contraire à l’ordre public et aux lois de la République”, ajoute le communiqué.

Rappelant ce que consacre la Constitution de novembre 2020 en matière de liberté de marches, le ministère de l’Intérieur fait savoir que “les organisateurs des marches sont tenus à la déclaration, auprès des services compétents, des noms des responsables de l’organisation de la marche, des heures de son début et de sa fin, de l’itinéraire et des slogans à lever, conformément à la loi.

“Le non-respect de ces procédures constitue une infraction aux yeux de la loi et de la Constitution, ce qui dénue la marche de tout caractère légal et implique un traitement en conséquence”, conclut le communiqué.

Amel Bouchaib

2 Comments

  • Mellah hocine
    10 mai 2021 11:09

    Graves dérapages , vous dites ? Mais qui provoquent ces dérapages ? Du point de vue du simple citoyen , il n’y a eu aucun dérapage depuis le début des marchés c’est à dire le 22 Février 2019, mis à part quelques voyous ( baltaguias) téléguidés par des forces occultes qui avait causé la mort de Benkhedda -Allah irrahmou- , mais depuis plus rien sauf ces accrochages entre forces “de l’ordre” et quelques citoyens.
    De mémoire de citoyen , toutes les marches , réunissant des millions de personnes de tout âge et des deux sexes, étaient PACIFIQUES, on ne comprend pas tout cet arsenal de répression avec casques et boucliers pour des marchés PACIFIQUES.
    Aujourd’hui , le ministère de l’intérieur sort un texte qui impose une démarche administrative sachant que le hirak n’a pas d’organisateur , ni de responsables qui puissent entamer ces démarches. Alors que faire ? C’est tout simplement un signal aux forces de l’ordre d’être plus radicales que par le passé.
    Le président de la république doit intervenir rapidement afin d’apaiser les esprits et appeler au calme pour trouver ensemble une solution politique à ces marchés.

  • Lakhdar dz
    11 mai 2021 9:32

    Ils rappelle au hirak, l’imposition de leur loi liberticide. Le Hirak leur rappelle la necessité d’appliquer la Constitution d’abord. La hiérarchie des lois est un principe universel.

Répondre à Mellah hocine Annuler

0Shares