Immigration clandestines : des femmes, des mineurs et des bébés interceptés - DIA
38444
single,single-post,postid-38444,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-HARRAGA

Immigration clandestines : des femmes, des mineurs et des bébés interceptés

DIA-08 décembre 2018: Plus de 200 personnes dont des femmes, des bébés et des mineurs ont tenté d’émigrer de manière clandestine à l’Ouest du pays durant les trois derniers jours, selon des bilans arrêtés par les différents corps de sécurité.
Pour la journée de ce vendredi, les unités du groupement territorial des garde-côtes d’Oran ont mis en échec au large des côtes d’Aïn El Turck une tentative d’émigration clandestine de 45 personnes, lors de deux opérations distinctes.
Le premier groupe est composé de 27 personnes, dont cinq femmes, huit mineurs et un bébé se trouvant à bord d’une embarcation pneumatique. Il a été intercepté à 5h30 par les garde-côtes à 2, 5 miles, au nord de Cap Falcon (Aïn El Turck).
Le deuxième groupe qui comprend 18 personnes dont deux femmes et deux bébés a été intercepté à bord d’un pneumatique à 8h30, à 6,5 miles au nord de l’Ile Plane (Aïn El Turck).
Les 45 candidats à l’émigration clandestine tentaient de rallier par mer les côtes espagnoles. Les mis en cause ont été remis à la Gendarmerie nationale pour être présentés devant la justice.
A Mostaganem, les éléments du Groupement territorial de la Gendarmerie nationale ont mis en échec, au cours des trois derniers jours six tentatives d’émigration clandestine. En tout, 27 candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés au moment où ils s’apprêtaient à prendre la mer en direction des côtes espagnoles.
Ces personnes ont été arrêtées près des plages des localités de Stidia, (Est de Mostaganem), Sedaoua (Sidi Lakhdar), Hadjadj et Ouled Tahar. Des embarcations pneumatiques, des bidons de carburant ainsi qu’un véhicule léger ont été saisis.
Un bilan global du ministère de la Défense nationale a relevé que les Garde-côtes ont déjoué des tentatives d’émigration clandestine de 164 immigrants à bord d’embarcations de construction artisanale à Ténès, Oran et Mostaganem.
Des réseaux mafieux sont derrière ces tentatives d’immigration. Ces réseaux de criminels activent au niveau des frontières du Sud du pays et facilitent l’entrée des Subsahariens sur le territoire algériens, alors que les réseaux qui sont au Nord, organisent des traversées à bord de barques de fortune pour rejoindre les côtes espagnoles et italiennes.
Mohamed Nassim