Khaled, Faudel, Mami absents à l'enterrement de Rachid Taha (Vidéo) - DIA
35612
single,single-post,postid-35612,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
AFP / Ryad KRAMDI

Khaled, Faudel, Mami absents à l’enterrement de Rachid Taha (Vidéo)

DIA-15 Septembre 2018: Le chanteur rock chaabi Rachid Taha a été enterré hier dans sa ville natale, Sig, en présence d’une foule nombreuse, mais en l’absence de ses principaux partenaires dans l’album 1,2,3 Soleil: Cheb Khaled, Faudel et même Cheb Mami. Ces derniers se sont contentés de témoignages sur les télévisions algériennes et françaises, s’excusant de ne pas pouvoir se rendre à l’enterrement en raison d’obligations professionnelles. 

Certains artistes de rai et de chaabi d’Oran et d’Alger ont accompagné l’artiste à sa dernière demeure, suite notamment à une logistique offerte par le ministère de la Culture à travers l’ONDA. 

Dans un message de condoléances, publié sur ses comptes Twitter et facebook le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a salué le parcours d’un artiste qui a « toujours porté ses racines algériennes sur les scènes internationales  » et qui a donné « un écho » à la culture de son pays à travers ses chansons depuis les années 1980 lorsqu’il menait le groupe de fusion de la musique algérienne au rock anglo-saxon dénommé « Carte de séjour ».

Le ministre de la culture était à l’étranger lors de l’enterrement et s’est rendu à SIG dès son retour au pays. Il a notamment présenté ses condoléances à la famille dudéfunt et s’est rendu sur la tombe de Rachid Taha. 

La disparition de Rachid Taha à un âge où il pouvait encore donner est une « grande perte pour l’art et la musique algériens », avait notamment déclaré le ministre.

Sur son compte Twitter, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a présenté ses condoléances à la famille de l’artiste et à ses fans.

L’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, a exprimé, dans un tweet, sa tristesse suite à la disparition d’une « icone de la musique algérienne ».

Kamel El Harrachi, fils du célèbre chanteur et compositeur Dahmane El Harrachi, a qualifié de « prématurée » la disparition de celui qui a revisité l’oeuvre de son père et qu’il a remise au goût du jour ».

Pour rappel, le chanteur Rachid Taha est mort à l’âge de 59 ans d’une crise cardiaque à Paris dans la nuit de mardi à mercredi. 

Rachid Taha, né le 18 septembre 1958, à Sig (près d’Oran), était une des personnalités fortes et attachantes de la scène rock hexagonale dès ses débuts en 1981 avec Carte de Séjour, dont il était le charismatique leader. Avec ce groupe, Taha, arrivé en France à 10 ans, se fit le porte-drapeau de la communauté d’origine maghrébine de seconde génération.

Salim Bey