DIA | La FIFA s’implique dans la Guerre en Ukraine et exclue la Russie de la Coupe du monde de football
66568
post-template-default,single,single-post,postid-66568,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La FIFA s’implique dans la Guerre en Ukraine et exclue la Russie de la Coupe du monde de football

DIA-28 février 2022: La Fifa et l’UEFA ont suspendu ce lundi toutes les équipes russes de la participation à leurs compétitions «jusqu’à nouvel ordre».

La pression était trop forte. L’équipe nationale russe de football devait affronter la Pologne le 24 mars prochain en barrages à Moscou pour tenter de décrocher un billet à la Coupe du monde 2022 (21 novembre-18 décembre). Il n’en sera rien. «La FIFA et l’UEFA ont décidé que toutes les équipes russes, qu’il s’agisse d’équipes nationales ou de clubs, seront suspendus de la participation aux compétitions Fifa et UEFA jusqu’à nouvel ordre», apprenait-on lundi en début de soirée, dans un communiqué des deux instances.

En clair, la Russie ne participera pas à la Coupe du monde et le Spartak Moscou, dernier club russe en lice en coupe d’Europe de clubs, est écarté des 8es de finale de Ligue Europa, ouvrant ainsi les portes des quarts de C3 aux Allemands du RB Leipzig. Last but not least, l’équipe nationale féminine de Russie se voit privée de sa participation à l’Euro 2022 en Angleterre (6-31 juillet) . Les joueuses russes devaient disputer la compétition dans le groupe C au premier tour, avec les Pays-Bas, la Suède et la Suisse.

La situation était devenue intenable pour la Fifa et l’UEFA, alors que les boycotts se multiplient dans diverses disciplines suite à l’opération militaire initiée par le Kremlin en Ukraine la semaine passée. La Pologne avait d’ailleurs déjà signifié son refus de jouer en Russie. Potentiels adversaires des Russes dans la suite des barrages, la Suède et la République tchèque en avaient fait de même.

1 Comment

  • Mellah hocine
    1 mars 2022 10:13

    FIFA , fédération internationale de football , incluant Israël en son sein se positionne dans ce conflit russo-ukrenian, mais accepte le sioniste et les neo-nazis d’Ukraine.
    Sur le même terrain Facebook a pris sa décision : Y a-t-il de bons et de mauvais (néo) nazis? À en croire la firme de Mark Zuckerberg, s’opposer à Moscou dans le conflit qui l’oppose à Kiev suffit à blanchir les néonazis ukrainiens de tout opprobre.
    De fait, selon la politique officielle de la compagnie consultée par The Intercept, Facebook « autorisera les éloges du bataillon Azov lorsqu’il s’agit de louer explicitement et exclusivement son rôle dans la défense de l’Ukraine OU son rôle en tant que membre de la Garde nationale ukrainienne. »
    À ceux qui douteraient de l’affiliation idéologique d’Azov, rappelons que le bataillon arbore la « Wolfsangel », le « crochet du loup », inversé aux couleurs bleues et jaunes de l’Ukraine, qui fut le logo du parti ukrainien fasciste Svoboda et qui n’est autre qu’un symbole utilisé par la division Waffen SS Das Reich pendant la Seconde Guerre mondiale. En 2010, Andriy Biletsky, premier commandant du bataillon et ancien parlementaire ukrainien, avait déclaré que l’objectif national de l’Ukraine était de « mener les races blanches du monde dans une croisade finale […] contre les Untermenschen [sous-hommes, ndlr] dirigés par des Sémites. »
    Partisan d’une Europe des nations, Svoboda ( parti neonazi) se montre désormais en faveur d’une intégration à l’Union européenne. Ce revirement pragmatique procède davantage d’une démarche ponctuelle d’« union sacrée » avec les autres forces d’opposition, et de visées électoralistes, que d’une adhésion sincère, même si l’Union est également vue comme un moyen de distancer la Russie.
    Et chaque 1er janvier, à Kiev, une marche aux flambeaux honore la mémoire de Stepan Bandera, dirigeant de ces deux organisations et collaborateur du IIIe Reich. Ce sympathique tableau serait incomplet sans mentionner l’intégration à l’armée, en mai 2014, du bataillon Azov, une milice néonazie qui emprunte son emblème à la division SS Das Reich. Voilà pourquoi Poutine ne voudrait pas d’un pays neonazi à sa frontière , mais cela les pays occidentaux et la FIFA n’arrive pas à le saisir , seul la haine russe compte.

Envoyer un commentaire

0Shares