DIA | La guerre en Ukraine fait grimper les prix mondiaux des denrées alimentaires
66953
post-template-default,single,single-post,postid-66953,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

La guerre en Ukraine fait grimper les prix mondiaux des denrées alimentaires

DIA-08 avril 2022: Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont atteint en mars leurs «plus hauts niveaux jamais enregistrés» en raison de la guerre en Ukraine, qui «provoque des chocs» dans les marchés des céréales et des huiles végétales, a annoncé vendredi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). 
L’indice FAO des prix alimentaires, qui suit la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base, avait déjà battu en février son record depuis sa création en 1990, et enregistre en mars une nouvelle hausse de 12,6%, indique l’organisation dans un communiqué. Cette augmentation est principalement imputable à l’indice FAO des prix des céréales, qui a «enregistré une hausse de 17,1% par rapport à février, sous l’effet de fortes hausses des prix du blé et de toutes les céréales secondaires, principalement dues à la guerre en Ukraine».

Les prix alimentaires sont également tirés vers le haut par les huiles végétales, dont l’indice FAO «a bondi de 23,2%, porté par la hausse des cours de l’huile de tournesol, dont le premier exportateur mondial est l’Ukraine». Dans le même temps, les prix des huiles de palme, de soja et de colza progressent aussi nettement, «sous l’effet d’une hausse de la demande mondiale à l’importation due à des ruptures d’approvisionnement en huile de tournesol».

1 Comment

  • Mellah hocine
    8 avril 2022 15:29

    Anciennement considérée le grenier de la Europe , l’Algérie a perdu toute cette respectable place par la faute des décisions gouvernementales depuis les années 70 , suite aux politiques de “réformes agricoles” qui ont fini par anéantir le secteur.
    Actuellement, la Russie est le premier exportateur mondial, avec une part de 18%. Avec l’Ukraine, c’est 29%.
    Cette proportion a augmenté ces dernières années avec le “réarmement agricole” russe qui a suivi les sanctions européennes en 2014, après l’invasion de la Crimée. Moscou avait en retour imposé un embargo sur les importations européennes, et en a profité pour AUGMENTER sa production nationale sur certains produits agricoles. À l’heure où le conflit entre la Russie et l’Ukraine s’intensifie, les prix des denrées alimentaires montent en flèche sur le marché international. Si le conflit Russie-Ukraine ne cesse pas, une crise en matière d’approvisionnement alimentaire dans plusieurs régions du monde sera dévastatrice, avertissent de nombreux analystes qui soulignent que les pays africains seront parmi les plus gravement affectés.
    Est ce le nouveau visage d’une guerre américaine ? Si l’on en tient au rôle prépondérant que joue Washington dans ce conflit , il est fort à croire que les USA tentent une guerre contre le monde. La livraison des armes et des armes pour l’Ukraine en est une preuve flagrante.

Envoyer un commentaire

0Shares