DIA | L’ancienne avocate de Djamila Boupacha durant la guerre d’Algérie, Gisèle Halimi n’est plus
53310
post-template-default,single,single-post,postid-53310,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’ancienne avocate de Djamila Boupacha durant la guerre d’Algérie, Gisèle Halimi n’est plus

DIA-28 juillet 2020: La célèbre avocate et intellectuelle française Gisèle Halimi, une des ferventes défenseuses de la cause nationale lors de la guerre de libération de l’Algérie, est décédée mardi à Paris à l’âge de 93 ans, a annoncé sa famille.

En plus de son combat féministe, étant une des signataires du célèbre manifeste des 343 femmes disant publiquement avoir avorté, elle avait défendu, en 1960, Djamila Boupacha, militante du Front de libération nationale (FLN), à qui elle a consacré une œuvre biographique.

Altermondialiste, elle fait partie, des 1998, de l’équipe qui crée l’organisation Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne).

Parallèlement à sa carrière d’avocate, Gisèlme Halimi a mené une carrière d’écrivain. Parmi sa quinzaine de titres, figurent “Djamila Boupacha” (1962) et une oeuvre plus intimiste comme “Fritna”, sur sa mère (1999).

Figure de la dépénalisation de l’avortement en France, Gisèle Halimi s’était également engagée pour l’indépendance de son pays natal, la Tunisie.

Mère de trois garçons, dont Serge Halimi, directeur de la rédaction du mensuel Le Monde diplomatique, elle a confié qu’elle aurait aimé avoir une fille pour “mettre à l’épreuve” son engagement féministe. 

#Algérie #France #Halimi  #Boupacha

 

0Shares