DIA | Alors que l’ANP mène une guerre contre les terroristes dans le Sud, la LADDH prend leur défense
39102
post-template-default,single,single-post,postid-39102,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Alors que l’ANP mène une guerre contre les terroristes dans le Sud, la LADDH prend leur défense

DIA-03 janvier 2019: Une guerre est menée actuellement contre des terroristes au Sud algérien. Les éléments de l’Armée nationale populaire veillent au grain afin d’empêcher l’infiltration de dangereux terroristes sur le territoire national.
Selon des sources sécuritaires, les autorités algériennes ont annoncé avoir refoulé aux frontières du Sud du pays des centaines de terroristes qui se sont présentés comme étant des migrants et demandeurs d’asile fuyant les violences et la guerre dans leurs pays. Il s’agit de terroristes chassés de la Syrie et de l’Irak ayant transité par le Soudan et qui sont remontés au Niger et au Mali pour tenter d’accéder en Algérie.
En même temps, la Télévision nigérienne a annoncé avoir abattu ces derniers jours quelque 300 terroristes en provenance du Soudan. La Télévision nigérienne  a confirmé que ces terroristes ont fui la Syrie et l’Irak.
Pour rappel, l’Union africaine avait mis en garde lors du sommet de l’UA en janvier dernier en Ethiopie, contre le repli des terroristes de différentes nationalités venant du Moyen-Orient vers l’Afrique du Nord, notamment l’Algérie.
Malgré toutes ces informations et mises en garde, la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH, aile de M. Nourredine Benissad) a lancé lundi dernier un «appel urgent» aux autorités algériennes, l’Etat du Niger, le HCR et l’OIM (organisation internationale des migrations), pour «intervenir et apporter assistance» à une cinquantaine de personnes, en majorité des Syriens, refoulés vers le Niger entre le 25 et le 26 décembre.
La LADDH dont l’excès de zèle dépasse les ONG étrangères, a «dénoncé» le refoulement des terroristes, voulant faire croire qu’il s’agit «des demandeurs d’asile  venus en Algérie pour chercher protection». La LADDH considère que cet acte est une «violation délibérée de la Convention de Genève sur les réfugiés ratifiée par l’Algérie».
 
Amir Hani 
 
0Shares