DIA | Le CICR appelle à la retenue et à la désescalade face au lourd tribut payé par les civils dans les territoires palestiniens occupés
61220
post-template-default,single,single-post,postid-61220,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le CICR appelle à la retenue et à la désescalade face au lourd tribut payé par les civils dans les territoires palestiniens occupés

Spread the love

DIA-12 mai 2021: Dans une Déclaration à la presse le directeur régional du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient, Fabrizio Carboni, appelle à la retenue: 

« Les récentes frappes aériennes sur Gaza et les récents tirs de roquettes sur Israël et constituent une dangereuse escalade des tensions et des violences. Il ne fait aucun doute que ce nouveau cycle de violence aura de lourdes conséquences pour la population civile non seulement de Gaza et d’Israël, mais de toute la région.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) lance aujourd’hui un appel urgent à la retenue et à la désescalade. Chaque minute supplémentaire de violence met en danger la vie des habitants, leurs maisons ainsi que les services et infrastructures dont ils ont grand besoin, comme les hôpitaux et les écoles.

Nous rappelons à l’ensemble des parties que tous les principes régissant la conduite des hostilités doivent être respectés. En particulier, les attaques directes et aveugles contre des civils sont interdites par le droit international humanitaire ; quant aux autres attaques, elles doivent être proportionnées et toutes les précautions nécessaires doivent être prises pour éviter des pertes civiles.

Si ces principes de droit international humanitaire ne sont pas respectés, les hostilités armées dans des zones densément peuplées entraîneront immanquablement un coût humain intolérable.

Nous sommes en contact avec toutes les parties ainsi qu’avec nos partenaires du Croissant-Rouge palestinien et du Magen David Adom d’Israël, et nous nous apprêtons à renforcer nos activités médicales à Gaza.

Dans la situation actuelle, il est essentiel que les habitants puissent avoir accès aux soins et aux traitements dont ils ont besoin. Nous demandons donc une nouvelle fois que les ambulances puissent circuler rapidement, en toute sécurité et sans entrave, et que le personnel et les volontaires des Sociétés nationales puissent faire leur travail et sauver des vies.

Nous avons distribué du matériel pour soigner les personnes blessées dans les violents affrontements qui ont eu lieu dans la vieille ville de Jérusalem et avons aidé le Croissant-Rouge palestinien à prendre en charge les blessés et à les transférer vers les hôpitaux.

Alors que les familles devraient être en train d’organiser des célébrations et des fêtes familiales en cette période de l’année, elles se retrouvent confrontées à la perspective d’un nouveau cycle de souffrances et de peur. Pour leur bien et leur sécurité, il est nécessaire de faire preuve de retenue – sans plus tarder. »