DIA | Le coronavirus et la fermeture des frontières provoquent la crise au marché noir des devises
52997
post-template-default,single,single-post,postid-52997,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le coronavirus et la fermeture des frontières provoquent la crise au marché noir des devises

DIA-17 juillet 2020: Le marché parallèle des devises est presque en faillite. Déserté par les acheteurs, les vendeurs se retrouvent au chômage, en raison du contexte sanitaire qui frappe le pays depuis près de cinq mois.
Au « Square Port Saïd » d’Alger, considéré comme la plaque tournante du marché noir des devises en Algérie, c’est la crise. Devant l’absence des voyages et la fermeture des lignes aériennes, les acheteurs de la devise se font de plus en plus rares. La crise sanitaire du pays qui a impacté sur les activités économiques a sensiblement touché l’avenir des cambistes qui se retrouvent indéniablement au chômage. 

On note également une forte baisse de la monnaie étrangère résultat de la suspension des voyages touristiques vers la Turquie, l’Europe et la Tunisie en période estivale; mais aussi et surtout l’annulation du Hadj 2020. 

Cette baisse de la clientèle n’a pas trop influé sur le taux de change parallèle.  La monnaie européenne reste à 190 DA pour 1 euro, alors que le dollar se maintient à  171 DA pour 1 dollar.  On n’exclus pas que la devise va subir une nouvelle baisse puisque la communauté algérienne établie à l’étranger qui alimente généralement le marché noir des devises durant cette période, est quasiment absente puisque les frontières aériennes et maritimes demeurent jusqu’à présent fermées.

Amel Bouchaib 

0Shares