DIA | Le film de Rachib Bouchareb « Nos frangins » représentera l’Algérie aux Oscars 2023
69109
post-template-default,single,single-post,postid-69109,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le film de Rachib Bouchareb « Nos frangins » représentera l’Algérie aux Oscars 2023

DIA-06 septembre 2022: Le Comité de Sélection Algérien chargé par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences (AMPAS) de désigner le film qui représentera l’Algérie aux Oscars 2023 pour le prix du Meilleur Film International (Anciennement Film en langue Étrangère) vient de choisir à l’unanimité le film « Nos frangins » de Rachid Bouchareb 

Le comité de sélection présidé par Mr Mohamed Lakhdar Hamina (membre de l’académie des Oscars), (Président) et composé des membres suivants: Yasmine Chouikh (Réalisatrice ), Salim Aggar (Critique de cinéma et réalisateur), Fawzi Saichi (Comédien), Salim Dada (Compositeur de Musique), Ali Mahfiche (Ingénieur de son) et Hassan Kachach (Comédien) ont visionné quatre films pour la sélection : « HALIM ERRAAD » de Mohamed Benabdallah, « Houria » de Mounia Meddour, « Nos Frangins » de Rachid Bouchareb et La Dernière Reine de Damien Oounouri & Adila Bendimered.

Pour rappel, Rachid Bouchareb a été nominé trois fois dans la short list des Oscars avec trois films sur le thème de la guerre: « Poussière de vie » en 1994 sur la guerre du Vietnam, « Les indigènes » en 2007 sur la seconde guerre mondiale et « Hors la loi » en 2010 sur le thème de la guerre d’Algérie.

Le film « nos frangins » revient avec l’affaire Oussekine, un étudiant français d’origine algérienne qui a été tabassé à mort la nuit du 5 au 6 décembre 1986, à la suite d’une intervention de la police, alors que Paris était secoué par des manifestations estudiantines contre une nouvelle réforme de l’éducation. Le ministère de l’intérieur est d’autant plus enclin à étouffer cette affaire, qu’un autre français d’origine algérienne a été tué la même nuit par un officier de police.

Salim Bey 

Envoyer un commentaire

0Shares