DIA | Le président Tebboune zappe les partis de l’ancienne Alliance présidentielle
59563
post-template-default,single,single-post,postid-59563,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Le président Tebboune zappe les partis de l’ancienne Alliance présidentielle

DIA-14 février 2021: Les partis de l’ancienne Alliance présidentielle ont été carrément ignorés par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui reçoit, depuis hier samedi, les présidents et représentants des partis politiques.

Après le Mouvement El Bina de Abdelkader Bengrina, Jil Jadid de Sofiane Djilali et le Front El Moustakbel de Abdelaziz Belaïd, le Président a reçu ce dimanche les leaders de trois autres partis politiques, à savoir le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, le président du Mouvement El Islah, Filali Ghouini et une délégation du Front des forces socialistes (FFS), composée du Premier secrétaire national, Youcef Aouchiche et du membre de l’Instance présidentielle du parti, Hakim Belahcel.

Il faut relever que le chef de l’Etat est en train de recevoir les partis politiques de l’opposition dont le FFS, devenu un parti spécialiste du boycott. En ce sens, les représentants du FFS n’ont pas mis les pieds à la présidence de la République depuis des lustres, soit depuis les années 2000, au temps du regretté Hocine Ait-Ahmed.

Djilali Soufiane qui était un des “premiers hirakistes convaincus”, fait aussi partie des personnalités qui ne sont pas habituées à se rendre à la présidence de la République. En d’autres termes, les choix du Président Tebboune ne sont pas fortuits dans la mesure où il a préféré recevoir en premier des partis qui étaient rejetés par l’ancien Pouvoir, à l’exception d’El Islah qui semble bien surfer sur la vague du changement pour ainsi dire. Même le parti des travailleurs de Louisa Hanoune n’a pas été reçue par le président de la République. La SG du PT était très appréciée par l’ex président Bouteflika, qui n’a pas hésité à lui envoyer une lettre de remerciement après l’élection présidentielle de 2009.    

En revanche, les partis de l’ancienne Alliance présidentielle n’ont pas été invités et le Président a préféré faire appel à ceux qui étaient plutôt marginalisés ! A cet effet, le FLN, le RND, le MPA et TAJ ne font pas partie des premiers invités.

Il s’agit des partis ayant soutenu le 5e mandat avorté de l’ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Aussi, ces mêmes partis représentent la majorité au sein de l’APN que le chef de l’Etat entend dissoudre dans les prochains jours. A cet effet, il serait maladroit que le Président Tebboune consulte des partis sur la dissolution de l’APN alors qu’ils y représentent la majorité.

Il faut aussi rappeler que le Président Tebboune s’était présenté à la présidentielle du 12 décembre 2019 en tant que candidat libre, refusant d’être soutenu par le FLN ou un autre parti de l’ancienne Alliance présidentielle. Cela explique leur éviction, pour le moment, des consultations malgré leur retournement de veste et leur soutien au Président.

Amir Hani  

Envoyer un commentaire