L'islamiste Beghal n'a jamais été condamné en Algérie (avocat) - DIA
33741
single,single-post,postid-33741,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Rex Features Ltd. do not claim any Copyright or License of the attached image
Mandatory Credit: Photo by REX (4375296d)
Djamel Beghal
Djamel Beghal, said to be the mentor of Cherif Kouachi, one of the Charlie Hebdo Massacre Gunmen - 2015
Djamel Beghal, 50, who was accused of being Osama BIn Laden's main European recruiter and is said  to have mentored Cherif Kouachi, one of the two Islamic terrorists who carried out the Charlie Hebdo massacre in Paris, killing twelve people. Kouachi was secretely photographed by French intelligence meeting Beghal while he was under house arrest in Murat in central France in April 2010 along with two other convicted terrorists, jihadi recruiter Ahmed Laidouni and Algerian Armed Islamic Group member Farid Melouk. Beghal attended hate cleric Abu Qatada's prayer meetings in London and the Finsbury Park mosque when Abu Hamza was present. Beghal allegedly recruited shoe bomber Richard Reid and 9/11 hijacker Zacarias Moussaoui at the mosque.
/Rex_Djamel_Beghal_said_to_be_the_mentor_of_Cherif_K_4375296D/Rex Features Ltd. do not claim any Copyright or License of the attached image/1501101200

L’islamiste Beghal n’a jamais été condamné en Algérie (avocat)

DIA-13 juillet 2018: L’avocat de l’islamiste algérien Djamel Beghal, que la France veut expulser après sa sortie de prison le 16 juillet, a dénoncé vendredi les « gesticulations médiatiques » autour de son client, qui n’a « jamais été condamné » en Algérie contrairement aux affirmations du député Richard Ferrand.

Paris veut expulser cet Algérien, condamné deux fois à dix ans de prison et déchu de sa nationalité française, mais il pourrait être placé en centre de rétention ou assigné à résidence si aucun accord n’est trouvé avec Alger d’ici lundi, date de la fin de la dernière peine.

Me Bérenger Tourné invite « à consulter le dossier de la procédure au lieu de se perdre en gesticulations médiatiques », dans un communiqué.

« Mon client et moi-même découvrons qu’il serait condamné à 20 ans de prison en Algérie, selon les dires de M. Richard Ferrand » alors « qu’aucune condamnation, par défaut ou contumace ou autre, n’a jamais été signifiée à M. Beghal à ce jour », et qu’il n’a « jamais reposé le pied en Algérie depuis 1987 », écrit l’avocat.

Jeudi, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale a affirmé que Djamel Beghal regagnerait son pays d’origine lors de l’émission Questions d’info LCP-Le Point-AFP.

« Il y a lieu de penser qu’un accord a été pris puisque cet individu, qui avait d’ailleurs été déchu de la nationalité française, a 20 ans de prison à aller purger dans son pays d’origine, puisqu’il avait été recherché et condamné pour des activités délictueuses et criminelles », a déclaré Réchard Ferrand.

Dans une brève mise au point, l’avocat de Djamel Beghal rappelle que son client « dément, purement et simplement, tout lien et toute accointance avec le GIA (les groupes islamiques armés algériens) » et affirme qu’il « n’est impliqué ni de près, ni de loin, dans les attentats commis à Paris en 2015 ».

Il a été entendu « une première fois en septembre 2015 à ce sujet, puis très récemment, à la mi-mai 2018 » et « à l’issue de ces dernières auditions, aucune charge n’a été retenue contre lui de sorte qu’il reste être totalement hors de cause », selon son avocat.

Considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d’Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, Djamel Beghal, 52 ans, a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs à visée terroriste.

Il termine de purger une seconde peine de 10 ans de prison pour un projet d’évasion d’un ancien du GIA condamné à perpétuité pour l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en 1995 à Paris.

Actuellement détenu à la prison de Rennes-Vézin, Djamel Beghal retournera bien en Algérie. Richard Ferrand, président du groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale a confirmé qu’un accord avait été trouvé avec le pays d’origine du prévenu.

« Un accord a été pris par le quai d’Orsay et les autorités algériennes », a déclaré le député du Finistère lors de l’émission Questions d’info LCP-Le Point-AFP alors que l’islamiste algérien doit sortir de prison le 16 juillet.