DIA | Massacres du 17 octobre 1961: le Président Tebboune se recueille au sanctuaire du Martyr
65336
post-template-default,single,single-post,postid-65336,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Massacres du 17 octobre 1961: le Président Tebboune se recueille au sanctuaire du Martyr

DIA-17 octobre 2021: Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a tenu à marquer la commémoration des massacres du 17 octobre 1961 à Paris en se recueillant ce dimanche au sanctuaire du Martyr à Alger, à la mémoire des martyrs de la Révolution et des victimes de ces sinistres massacres commis par la France.

Après avoir salué un détachement de la Garde républicaine qui lui a rendu les honneurs, le Président Tebboune a déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle commémorative et récité la Fatiha du Coran à la mémoire des martyrs.

Au cours de cette cérémonie commémorative, le Président Tebboune a échangé des propos avec d’anciens moudjahidine et des membres de la famille révolutionnaire, notamment ceux de la Fédération de France du Front de libération nationale.

Le Président Tebboune a décidé, samedi, de décréter l’observation d’une minute de silence, le 17 octobre de chaque année à 11h à travers le territoire national, à la mémoire des Chouhada des massacres du 17 octobre 1961 à Paris et ce, à compter de ce dimanche.

Dans la nuit du 17 octobre 1961, des milliers d’Algériens et d’Algériennes avaient manifesté pacifiquement dans la capitale française pour dénoncer le couvre-feu inique et discriminatoire décrété à leur encontre par le préfet de police de l’époque du sanguinaire Maurice Papon.

Plusieurs d’entre eux avaient été exécutés sommairement par balles, jetés vivants dans la Seine ou battus à mort, selon les témoignages de survivants et d’anciens policiers français.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares