DIA | Othmane Belouizdad inhumé au cimetière de Sidi M’hamed conformément à son dernier vœu
66045
post-template-default,single,single-post,postid-66045,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Othmane Belouizdad inhumé au cimetière de Sidi M’hamed conformément à son dernier vœu

DIA-14 janvier 2022: Le moudjahid Othmane Belouizdad, a été inhumé ce jeudi au au cimetière de Sid M’Hamed, à Belouizdad (Alger), selon son dernier vœu. Son fins a indiqué que son défunt père avait exigé qu’il soit enterré à Belouizdad au quartier qui l’a vu naitre, mais aussi au quartier où il combattu la France coloniale. C’est à Belouizdad qu’il a vécu aux côtés de sa famille et de ses amis.

« Mon père a vécu dans la simplicité. Il a été d’une humilité exemplaire durant toute sa vie », a déclaré son fils Djaafar, faisant savoir que son père a refusé que sa sépulture ne soir pas ouverte pour qu’elle reste tel un mausolée pour les générations futures.

« Il était un vrai patriote, un exemple pour moi. Il me parlait tout le temps de la glorieuse Révolution. Quand il me racontait des anecdotes, c’est comme si c’était un film. Je suis très fier de son parcours, on dirait qu’il avait vécu plusieurs vies », a-t-il confié.

Le défunt était membre du Groupe historique des 22 qui avait préparé et planifié le déclenchement de la Glorieuse Révolution de novembre 1954. Il est décédé hier mercredi à l’âge de 92 ans.

Les funérailles se sont déroulées en présence notamment du Conseiller à la présidence de la République, Abdelhafidh Alahoum, représentant du Président de la République, du secrétaire général du ministère de la Défense nationale, Mohamed Salah Benbicha, du ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Laïd Rebiga, de moudjahidine, de ses proches ainsi que de simples citoyens.

Après la prière sur le mort, une unité de la garde Républicaine a rendu les honneurs au défunt.

Le moudjahid Mohamed Ghafir, dit « Moh Clichy », un des acteurs au sein de la Fédération de France du Front de libération nationale (FLN), a indiqué que le disparition de Othmlane Belouizdad était une « grande perte » pour l’Algérie, relevant que ce dernier membre du groupe des 22 s’était sacrifié pour que l’Algérie recouvre son indépendance.

« Nos enfants doivent avoir un regard rétrospectif pour connaitre la réalité de la guerre de libération nationale » contre la France coloniale, a-t-il ajouté.

Né le 25 juillet 1929 à Belcourt (Alger), le défunt est issu d’une grande famille militante et révolutionnaire. Son frère ainé n’est autre que le militant Mohamed Belouizdad, premier responsable de l’Organisation spéciale (OS). Sahnoune Belouizdad, son autre frère, a rendu l’âme sous la torture de la police française dans la prison d’El Harrach durant les premières années de la guerre de libération.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares