DIA | Plusieurs pays suspendent ou limitent l’usage du vaccin Astra Zeneca
59967
post-template-default,single,single-post,postid-59967,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Plusieurs pays suspendent ou limitent l’usage du vaccin Astra Zeneca

DIA-11 mars 2021: Le Danemark a décidé jeudi de chambouler sa campagne vaccinale en suspendant l’usage de ce vaccin pendant 14 jours, le temps d’une enquête. Quelques heures après, l’Islande et la Norvège ont pris la même décision. En cause, «des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées», selon l’Agence nationale de la Santé danoise. Si elle n’a pas précisé le nombre de patients concernés par ces complications, on sait que l’un d’eux est mort après avoir reçu l’injection.

«À l’heure actuelle, on ne peut pas conclure à l’existence d’un lien entre le vaccin et les caillots sanguins», explique les autorités danoises qui insistent sur le fait qu’elles ne renoncent pas pour de bon au vaccin AstraZeneca. Cette alerte n’est toutefois pas la première. En début de semaine, l’Autriche a cessé d’administrer un lot d’AstraZeneca après le décès d’une infirmière de 49 ans victime de troubles de la coagulation. L’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg ont par la suite mis de côté les doses provenant de ce même lot ABV5300, qui a été distribué dans 17 pays au total… dont la France. «Bien qu’un défaut de qualité soit considéré comme improbable à ce stade, la qualité du lot est en cours d’examen», indique l’Agence européenne des médicaments (EMA).

1 Comment

  • Mellah hocine
    14 mars 2021 17:16

    Face à des campagnes de vaccination jugées lentes en Europe, certains optent pour la Russie et son Spoutnik V. Un Allemand est ainsi venu à Moscou et a reçu une injection sur la place Rouge. ” Bien sûr, j’y ai beaucoup réfléchi et j’ai examiné en détail les différents vaccins et leurs modes d’action», a-t-il raconté. «Je préfère en outre les vaccins vectoriels, je ne suis pas à l’aise avec les vaccins à ARN messager. J’ai donc choisi le Spoutnik V».
    Il s’est fait vacciner au GUM, grand magasin de luxe sur la place Rouge près du Kremlin. «Vous n’avez pas besoin de rendez-vous ici et il n’y a pas eu de longues files d’attente», s’est-il félicité. Il a reçu une glace en guise de récompense. «Le médecin qui m’a vacciné m’a dit que deux jours plus tard, elle a attendu tout un avion plein de Parisiens qui voulaient se faire vacciner à Moscou», a confié l’homme d’affaires.
    La réalité d’une supériorité russe face à cette Europe qui se cherche, sans se trouver.

Envoyer un commentaire