DIA | Pourquoi l’EN de Handball d’Alain Portes n’est pas comparable à l’EN du football de Belmadi
58900
post-template-default,single,single-post,postid-58900,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Pourquoi l’EN de Handball d’Alain Portes n’est pas comparable à l’EN du football de Belmadi

DIA-17 janvier 2021: A deux jours de sa rencontre avec l’équipe nationale française, ex-championne du monde, l’EN de handball, a montré ses limites dans un tournoi international très compétitif. Malgré l’apport d’un technicien français efficace Alain Portes qui fut l’entraîneur de l’équipe de France féminine et de l’équipe de Tunisie, l’équipe de France ne fera qu’une bouchée des verts ce mercredi. Sur les réseaux de nombreux internautes exigent l’apport de joueurs algériens évoluant à l’étranger et principalement en France pour rehausser le niveau technique des joueurs algériens dont 90% évoluent en Algérie dans les clubs du MCA, de Skikda et Saida. Pour le reste, trois joueurs évoluent au Qatar, trois en France et un joueur en Espagne, le gardien de but Ghadbane.  Pourquoi la fédération algérienne de Handball n’a pas fait de prospection pour récupérer des joueurs algériens de handball évoluant en France comme c’est le cas pour le football ? La réponse est simple, la FAHB dirigée par Habib Labane, n’est pas la FAF de Zetchi, ni en moyens  financiers  ni en stratégie et vision à long terme. Critiqué pour sa mauvaise gestion, Labane serait partant après la Coupe du monde. Il a été élu à la fédération grâce à l’apport de l’ancien président du COA Berraf. La FAHB, n’a pas fourni le travail qui était attendu d’elle. Alain Portes, qui a été recruté quelques mois avant la CAN 2020 en Tunisie et  a qualifié l’EN pour la Coupe du monde en Egypte en 2021, a réussi malgré l’absence de soutien de la fédération, à reconstruire une équipe après une Coupe du monde au Qatar catastrophique en 2015 où l’Algérie s’est classée à la dernière place de la compétition. Pour cette Coupe du monde en Egypte, la préparation a fortement été perturbée par le Covid suite  à la fermeture des salles sur décision des autorités sanitaires à cause de la pandémie, à cela s’ajoute le blocus aérien qui n’a guère permis aux coéquipiers de  Messaoud Berkous de participer à des tournois à l’étranger pour mieux entamer ce rendez-vous planétaire.  Il n’existe aucun parallèle entre cette équipe nationale de Handball et l’équipe nationale de football composée à 90% de joueurs franco-algériens qui évoluent dans des championnats européens de haute facture. Dans l’équipe nationale de Handball, un seul joueur franco-algérien est sélectionné. Il s’agit d’Abdelkader Rahim, parfois nommé Kader Rahim, un franco-algérien né à Saint-Dizier, et qui évolue au poste d’arrière-gauche ou de demi-centre en équipe nationale d’Algérie depuis 2010 et dans le club français du Dunkerque HGL depuis 2017. Deux autres joueurs algériens évoluent en France, mais leur formation a été faite en Algérie. Ayoub Abdi  qui évolue à Fenix Toulouse et Hichem Daoud qui évolue à Istres. L’apport de ce  dernier a été déterminant lors du match contre le Maroc, puisqu’il fut l’auteur du but de la victoire. Face à des bleus composés de joueurs issus des Dom Tom et des joueurs d’origine serbe comme les frères Karabatic, l’Algérie risque de frôler l’humiliation. Comme dans le football, l’athlétisme et le judo, la France a appliqué une politique sportive basée sur la formation et le sport scolaire. Une stratégie qui a payé puisque l’équipe de France de Handball qui jouait dans la coupe du monde C, au moment où l’Algérie jouait dans la coupe du monde A, est devenue championne  du monde et championne  olympique avec un éducateur exemplaire nommé Daniel Constantini, qui avait entraîné un certain Alain Portes en 1983.  Une forme sportive que l’Algérie a abandonnée dans les années 90 avec la décennie noire après le départ notamment des formateurs des pays de l’Est : Allemagne de l’Est, Roumanie et Russie, qui avaient donné une discipline de jeu au sport algérien. A cela s’ajoute les conflits politiques, qui ont conduit la mise à l’écart de Aziz Derouaz le meilleur technicien algérien avec qui l’Algérie a remporté cinq coupe d’Afrique et qui avait inventé un système défensif spécifique à l’Algérie avec une défense « 3-3 » (3 joueurs alignés autour de la zone et 3 autres avancés). Reste à espérer que l’Algérie qui était absente aux deux derniers championnats du monde de 2019 et 2017 après une participation ratée au mondial Qatari en 2015, ira le plus loin possible dans cette compétition et réussira surtout à se qualifier aux JO de Tokyo lors du tournoi qualificatif le mois de mars prochain à Berlin.   

Amir Hani 

1 Comment

  • Mellah hocine
    18 janvier 2021 16:22

    Très bonne analyse , seulement un paramètre important reste en suspens. Ce paramètre est POLITIQUE. La question qui se pose : est ce que le handball en Algérie draine autant de spectateurs ou de supporters que le football ? La réponse est très claire , Les moyens mis à la disposition de la FAF sont infiniment plus importants que pour là FAHB, résultat , tout est fait pour que football soit manipulé comme on veut .

Envoyer un commentaire

0Shares