DIA | Président Tebboune : « les «crimes» de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription »
66742
post-template-default,single,single-post,postid-66742,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Président Tebboune : « les «crimes» de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription »

DIA-18 mars 2022: Le président Abdelmadjid Tebboune a affirmé vendredi 18 mars à l’occasion du 60ème anniversaire des accords d’Evian que le dossier mémoriel devrait être abordé d’une manière «équitable», ajoutant que les «crimes» de la colonisation française ne sauraient être frappés de prescription.

Les accords d’Evian, signés le 18 mars 1962, ont instauré dès le lendemain un cessez-le-feu entre armée française et l’Armée de libération nationale (ALN), ouvrant la voie à l’indépendance de l’Algérie après 130 années de colonisation, dont sept d’une sanglante guerre. «Le dossier mémoriel doit inévitablement être traité d’une manière responsable et équitable dans un climat de franchise et de confiance», a déclaré Abdelmadjid Tebboune dans un message diffusé par la présidence à l’occasion de cet anniversaire de la «fête de la Victoire» célébré en Algérie le 19 mars . Il a toutefois estimé que les «hideux crimes de la colonisation ne seront pas oubliés et ne sauraient être frappés de prescription». Abdelmadjid Tebboune a rappelé que l’Algérie réclamait toujours de «récupérer les archives (de la période coloniale), des informations sur le sort des disparus de la glorieuse guerre de libération et des dédommagements pour les victimes des essais nucléaires», auxquels la France a procédé entre 1960 et 1966 dans le Sahara algérien.

1 Comment

  • Nadri
    19 mars 2022 12:22

    L’Allemagne à payé pour les crimes nazis; la France doit faire la même chose. Les génocides français demeureront une barrière inamovible entre les deux pays l’Algérie et la France. Aujourd’hui, ça parle du 60ème anniversaire de l’arrêt des combats et dans 10 ans ils reparleront du 70ème; ça continuera chaque dizaine d’années. Les torts faits à l’Algérie et son peuple sont imprescriptibles; la réparation est primordiale.

Envoyer un commentaire

0Shares