DIA | Rachid Boudjedra intraitable sur Radio M, réitère ses accusations contre “les contrebandiers de l’Histoire” (Vidéo)
63124
post-template-default,single,single-post,postid-63124,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Rachid Boudjedra intraitable sur Radio M, réitère ses accusations contre “les contrebandiers de l’Histoire” (Vidéo)

DIA-30 novembre 2017 : Invité sur le plateau de Radio M, le grand écrivain algérien Rachid Boudjedra a réitéré ses accusations contre certains écrivains et réalisateurs à l’image de Kamel Daoud, Boualem Sensal, ou encore Lyes Salem et récemment Karim Moussaoui les accusant comme les falsificateurs de l’histoire.  

Faisant face au journaliste Kadi Ihsène, en défenseur de ces écrivains et réalisateurs, Rachid Boudjedra est resté intraitable et ne s’est pas laissé faire face aux accusations de révisionniste proférées par le directeur de Radio M. On avait l’impression que l’écrivain était face à un juge dans un tribunal. 

Mais durant plus 35 mn, l’écrivain algérien aux 30 livres est resté fidèle à sa réputation, d’homme de conviction et de principes et n’a pas reculé devant les nombreuses attaques du journaliste de Radio M. 

L’entretien était organisé dans l’objectif de faire tomber le pamphlet de Rachid Boudjedra “les contrebandiers de l’Histoire” où l’écrivain accusent une pléiade d’intellectuels d’être aux service de la France pour falsifier l’histoire de l’Algérie.    

L’écrivain et scénariste Rachid Boudjedra, auteur de plusieurs livres sur le cinéma algérien a également violement critiqué pour la première fois le film de Karim Moussaoui “En attendant les hirondelles”, déclarant que le film était nulle.  

L’écrivain a récusé la définition de “révisionniste” proféré par le journaliste de Radio; affirmant que c’est un terme vieux rapporté de France. Il accuse à cette occasion ces écrivains de développer la haine de l’autre, d’être raciste  

Liedo n’est plus algérien, il est israélien, il n’est rien pour moi c’est de la saloperie de ta part de proférer de cette accusations, a déclaré Rachid Boudjedra contre Kadi Ihsene.   

L’écrivain qui s’est attaqué dans son pamphlet à Feriel Furon, Daoud, Tamzali, Bachi et Khadra a également accusé Sensal d’être un authentique falsificateur. “Il était au pouvoir quand moi j’était en prison, et maintenant il accuse l’armée d’être nazi, on n’est dans le délire”….. déclare Rachid Boudjedra. 

Interrogé sur ses positions sur octobre 88 “Vous ne lisez pas! s’insurge Rachid Boudjedra contre Kadi Ihsene qui accuse le journaliste Abded Charef de falsifier ses positions sur Octobre 88, alors qu’il avait écrit un livre sur la torture durant cette période. 

Boudjedra ira plus loin en déclarant que ces écrivains sont des larbins qui écrivent pour l’autre rive. Il ajoute que Kamel Daoud est arrivé à sa position avec un roman fabriqué avec deux versions une pour les algériens et une pour les français. 

Enfin, interpelé sur la venue de Said Bouteflika lors du sit-in de soutien à Boudjedra contre la chaîne Ennahar devant l’Arav, l’écrivain affirmera que c’est le citoyen Bouteflika qui est un parfait sympathisant de gauche qui est venu pour me soutenir, au moment où certains de mes amis et même vous kadi Ihsene vous n’être pas venu. 

Amir Hani  

Lire aussi: Boudjedra critique violement les cinéastes Lyes Salem, Zemmouri, Rachedi et Arcady

Envoyer un commentaire

0Shares