DIA | Retour en force de Lamamra : une bénédiction pour la diplomatie algérienne et un cauchemar pour le Maroc
64403
post-template-default,single,single-post,postid-64403,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Retour en force de Lamamra : une bénédiction pour la diplomatie algérienne et un cauchemar pour le Maroc

DIA-30 août 2021: Le retour de Ramtane Lamamra à tête de la diplomatie algérienne est perçu comme une bénédiction pour l’Algérie, mais un cauchemar pour le Maroc. Depuis qu’il a réintégré le poste de ministre des Affaires étrangères, la diplomatie algérienne connait un retour spectaculaire sur la scène internationale.

Le premier pays à payer cash ce retour en force de Lamamra est le Maroc. Le Makhzen a cru occuper le terrain en l’absence de l’Algérie  surtout quand la diplomatie était confiée à Sabri Boukadoum, lequel était moins entreprenant et moins présent. Non seulement le Maroc a procédé à la normalisation de ses relations diplomatiques avec l’entité sioniste, mais il a multiplié ses attaques et ses provocations contre l’Algérie.

La réplique de l’Algérie a été sans appel et a surpris le Maroc qui ne s’attendait pas à la décision de rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Il faut relever que Lamamra a occupé récemment le poste de Haut représentant de l’Union africaine pour «Faire taire les armes»,  ce qui dénote de sa stature d’homme de paix de réconciliation.

Mais quand il s’agit de la souveraineté de l’Algérie et de ses intérêts suprêmes, Lamamra n’a pas hésité à rompre de manière brutale les relations avec  le Maroc, berné par le Makhzen et induit en erreur par son nouvel allié sioniste.

A présent le Maroc est en train de payer ses erreurs, notamment avec le refus de l’Algérie de renouveler le contrat du gazoduc Maghreb-Europe qui passe par le Maroc. le royaume bénéficie du gaz algérien en contrepartie du passage de ce gazoduc. Avec le non renouvellement du contrat, le Maroc sera malheureusement pour ses citoyens privé du gaz algérien à parti de novembre prochain.

Parallèlement au Maroc, Lamamra a relancé le processus des s rencontres des pays voisins de la Libye en vue de trouver une solution politique dans ce pays et organiser des élections en décembre prochain.

Lamamra qui est également l’artisan de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a réussi à relancer ce processus, alors qu’il a été mis en veilleuse après avoir quitté la diplomatie algérienne.

Lamamra qui bénéficie d’une notoriété en Afrique et de par le monde a également boosté la diplomatie algérienne en menant les bons offices dans le cadre de la médiation de l’Algérie avec l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan. Une médiation qui entre dans le cadre de la médiation algérienne dans le conflit du barrage du Nil.

Les entretiens avec ses homologues des différents pays se multiplient de même que ses tournées à travers plusieurs pays, ce qui confirme le retour en force de la diplomatie algérienne sur la scène inter nationale, en témoigne ses nombreux déplacements en Tunisie, la cible de l’entité sioniste pour une éventuelle normalisation des relations diplomatiques.

Mohamed Nassim

3 Comments

  • Mellah hocine
    31 août 2021 15:40

    Hocine Ait Ahmed -Allah irrahmou- disait :
    ” Si les responsables français avaient alors daigné prêter l’oreille à leur jeunesse, peut-être aurions nous pu faire l’économie de la tragédie du 17 octobre 1961, et de bien d’autres encore. N’ignorant toutefois pas qu’il ne sert à rien de tirer l’histoire en arrière puisqu’on ne peut la refaire, l’essentiel est bien sûr de revenir sur les racines profondes et les origines immédiates de ce carnage. Loin de toute instrumentalisation de la mémoire, il me paraît essentiel en effet d’en tirer les leçons liées à une conception moderne de la justice criminelle. Celle-ci repose en effet sur un postulat : il ne suffit pas de châtier les meurtriers, les tortionnaires, les violeurs et les commanditaires de tout bord. Encore faut-il s’efforcer de comprendre pourquoi ces crimes ont été commis , et éradiquer leurs causes, pour arrêter l’engrenage de crimes à plus grande échelle et de plus en plus atroces. Comprendre les mécanismes institutionnels et psychopathiques des tueries ne signifie en rien les justifier, mais se donner les moyens prioritairement politiques, mais aussi sécuritaires, de prévenir leur résurgence..
    La France a finalement décidé de poser une plaque en hommage aux victimes algériennes assassinées de sang froid ou jetées dans La Seine comme des animaux dénués de toute valeur. Comment pourrais-je ne pas m’en féliciter alors que l’an dernier encore, je déplorais au cours d’une conférence à l’Institut de Sciences politiques à Paris, qu’aucune plaque n’ait encore été érigée sur les bords de Seine en mémoire des ces hommes?
    Dès lors, la plaque commémorant le 17 octobre est avant tout un geste restituant aux disparus et à leurs familles leur dignité humaine. C’est le début de la fin officielle de l’amnésie et le dévoilement public de la vérité. Qu’un préfet de la République française ait pu impunément prolonger à sa guise – et à son échelle – les exécutions industrielles perpétrés par les nazis illustre une réalité historique têtue. A savoir qu’aucun pays ne peut se croire immunisé contre de tels épisodes nauséabonds .

  • Acharki
    1 septembre 2021 18:10

    Lamamra est certainement bon dans son domaine mais déclarer rompre avec le Maroc n’est pas de son ressort. C’est au chef de l’ Etat algérien de l’annoncer.. Par ailleurs comment expliquer la fermeture de l’ambassade de l’ Ethiopie alors que Lamamra est médiateur pour régler le différent opposant l” Egypte et le Soudan à l’Ethiopie concernant le barrage Annahda ? P

Répondre à Acharki Annuler

0Shares