DIA | Sid-Ali Khaldi poursuit en justice un journaliste d’Ennahar TV pour diffamation
59830
post-template-default,single,single-post,postid-59830,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Sid-Ali Khaldi poursuit en justice un journaliste d’Ennahar TV pour diffamation

DIA-28 février 2021: Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid-Ali Khaldi, a déposé plainte en justice contre la chaîne Ennahar TV, le 22 février, pour “campagne de diffamation et d’attaque contre sa personne et contre les membres de son département” à travers l’émission “Dakhel 18” (Dans les 18m), indique un communiqué de L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV).

En effet, le journaliste d’Ennahar, en l’occurrence Kamel Mehoui appelé  par ironie “number one” avait indiqué lors de cette émission que “l’actuel MJS, Sid-Ali Khaldi, est né dans la résidence d’Etat à Club des pins et y a grandi”.

Pour le journaliste d’Ennahar, Khaldi ne peut pas être ministre de la Jeunesse et des Sports car il ne s’est pas frotté à la réalité et à la misère des jeunes des quartiers populaires”.

En ce sens,  l’ARAV met en garde, dans son communiqué, contre des mesures pénales conformément à la loi en cas de non respect des règles du droit public, de la loi relative à l’activité audiovisuelle et la déontologie.

“Après visionnage de l’émission et confirmation de +l’attaque+ contre le ministre et son instance, l’ARAV a adressé une convocation pour explications à la chaîne, dont le représentant a reconnu l’erreur et a présenté des excuses, s’engageant à ce que ce genre de dépassement ne se reproduise plus”, précise le communiqué de l’ARAV.

Rappelant que la liberté de la presse “est une liberté responsable mais non absolue”, l’ARAV affirme que “quand bien même elle (liberté de la presse) ouvre le champ au débat, dans le cadre de la critique constructive et des règles de déontologie, de n’importe quelle question, elle ne saurait être un moyen de dénigrement, de diffamation ou d’insulte”.

A cette occasion, l’ARAV avertit “l’ensemble des chaînes d’information audiovisuelles à l’impératif de veiller à la probité des programmes de débats loin de l’insulte, l’invective et l’attaque à la vie privée des personnes, qu’elles soient toujours ou pas en postes et quel que soit le prétexte”. Elle appelle aussi  au “respect du cadre objectif du programme et ce qui intéresse le téléspectateur”.

Nassim Fateh 

3 Comments

  • Mellah hocine
    1 mars 2021 10:18

    Est ce une critique ou une réalité ? Cette réalité les poursuivra tous tant que le peuple est tenu de se taire. Se taire , jusqu’a quand ? Les journalistes de cette chaîne doivent prendre conscience de cette vérité pour avoir choisi d’y travailler.

  • Cheikh
    1 mars 2021 20:15

    Mehoui est connue par tout les algériens pour être le larbin de service du dictateur ZETCHI , ce mehoui est un de ceux qui sont payés avec des casse-croûte , c’est à dire un k’dedchi a la solde de Zetchi , ce sinistre individu n’as aucune dignité ni personnalité , il apparaît que lorsque son maître dictateur lui fait signe pour a aboyé , j’espère que le MJS ne le lâche pas pour l’avoir insulté devant tout le monde , il doit lui remettre à sa place c’est à dire rejoindre ses anciens patrons d’El Issaba …car ce mehoui est un Batard de voyou

  • Abdi
    2 mars 2021 18:14

    J’ai vue cette émission et constater avec regret des dépacements flagrantes envers la personne du ministre ce que je peux confirmer sur cette émission qu’elle émerge tout sauf du journalisme..

Envoyer un commentaire