DIA | Tunisie : pas de rush des touristes algériens
68431
post-template-default,single,single-post,postid-68431,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Tunisie : pas de rush des touristes algériens

DIA-08 août 2022:  Les Tunisiens se montrent inquiets de l’absence des touristes algériens durant la présente saison estivale, malgré la réouverture des frontières terrestres à la mi-juillet dernier. La Tunisie qui enregistre un déficit en la matière, notamment suite à l’absence des touristes européens, notamment ceux de l’ancien bloc de l’Est, espérait rattraper ce manque à gagner avec les touristes algériens.

Contrairement aux années d’avant la pandémie du coronavirus, les touristes algériens n’affluent plus en masse vers la Tunisie. Ils ont changé de destination, pour preuve les postes frontaliers d’Oum Tboul notamment à El Kala, n’enregistrent plus l’affluence des années précédentes.

Les Algériens préfèrent en fait se rendre en Turquie qui est un pays touristique en sens propre du terme que d’aller en Tunisie, un pays chaud où ils ne peuvent profiter que de la plage. En plus, les prix affichés au niveau des hôtels en Tunisie ont doublé, sans compter les frais des tests PCR pour les personnes ne disposant pas de pass sanitaire. Tout cela engendre des dépenses supplémentaires pour les Algériens qui se rendent en famille en Tunisie où le coût du test PCR avoisine les 12 000 DA.

Il faut aussi reconnaitre que le niveau de vie en Algérie a baissé dans la mesure où le pouvoir d’achat des Algériens s’est grandement affaibli. A cet effet, les Algériens se sont rabattus sur le tourisme local qu’ils peuvent adapter à leur pouvoir d’achat.

Dans les hôtels algériens et autres établissements touristiques, le test PCR n’est pas exigé, ce qui permet aux Algériens d’économiser ces frais. Mieux encore, ils louent des appartements situés dans les wilayas côtières, comme Bejaia, Jijel, Skikda, El Kaka, Ain Temouchent, Tenès ou  Gahazaouat et paient ainsi le loyer en dinars au lieu de le faire en devises d’autant plus que la valeur du dinars a chuté comparativement aux autres monnaies, y compris le dinar tunisien.

Une grosse déception e somme pour les Tunisiens, mais une aubaine pour les établissements touristiques en Algérie qui affichent complet.

Amir Hani  

Envoyer un commentaire

0Shares