DIA | Visite d’Etat du Président Tebboune en Italie : renforcer les liens d’amitié et la coopération économique
67367
post-template-default,single,single-post,postid-67367,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Visite d’Etat du Président Tebboune en Italie : renforcer les liens d’amitié et la coopération économique

DIA-25 mai 2022: Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, effectuera à partir de ce mercredi une visite d’Etat de trois jours en Italie à l’invitation de son homologue, M. Sergio Mattarella.

“Cette visite revêt une importance particulière dans le raffermissement des liens d’amitié historiques et le renforcement des relations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment dans le volet économique, et ce, dans le cadre d’une vision nouvelle des deux Présidents visant à insuffler une nouvelle dynamique au dialogue et à la coopération stratégique entre les deux pays voisins et amis”, indique un communiqué de la présidence de la République.

Les deux pays sont liés par des relations séculaires, sachant que l’Italie s’est toujours rangée du côté algérien. Au temps du terrorisme, alors que l’Algérie luttait seule contre ce phénomène, l’Italie était pratiquement le seul pays européen à soutenir l’Algérie et à maintenir ses liens d’amitié et de coopération avec l’Algérie. Les autres pays européens, à leur tête la France et l’Angleterre n’avaient pas soutenu l’Algérie mais avaient tenté d’isoler le pays. Pis encore, ces pays servaient de base-arrières aux chefs des groupes terroristes qui revendiquaient, à partir des capitales occidentales,  les attentats commis en Algérie.

L’Algérie et l’Italie sont liées par un Traité d’amitié, de coopération et de bon-voisinage depuis plus de 18 ans. Cette visite vient ainsi consolider des relations bilatérales dans de nombreux domaines, avec l’ambition affichée d’élargir ce partenariat au delà du secteur énergétique pour englober l’industrie mécanique, l’agriculture, le tourisme et l’enseignement supérieur.

Le renforcement des liens étroits existant entre les deux pays a été réitéré à maintes reprises par les responsables des deux pays, notamment à l’occasion des visites bilatérales, particulièrement lors de la dernière visite d’Etat effectuée en Algérie en novembre 2021 par le président italien.

En avril dernier, le Président du Conseil des ministres italien, M. Mario Draghi avait effectué, également, une visite en Algérie qui a avait abouti, elle aussi, à la signature d’un important accord gazier entre Sonatrach et Eni.

Il y a lieu de citer aussi l’installation récente d’un groupe parlementaire d’amitié Algérie-Italie au siège de l’Assemblée populaire nationale (APN), afin de contribuer au “renforcement des relations entre les deux pays, au mieux de leurs intérêts communs”.

Alger et Rome œuvrent aussi à l’établissement d’une forte coopération dans les domaines culturel, éducatif, universitaire et touristique, à travers des échanges interuniversitaires, des activités de valorisation du patrimoine historique et culturel ou encore l’enseignement des langues italienne en Algérie et arabe en Italie, sachant que les lycéens algériens ont le choix de l’Italien comme troisième langue.

Sur le plan économique, les relations économiques entre les deux pays ont connu une évolution notable grâce aux projets d’investissements, ce qui a permis à l’Algérie d’être le premier partenaire commercial de l’Italie en Afrique et dans  la zone Moyen-Orient-Afrique du Nord (MENA).

Les échanges commerciaux ont atteint les 8,5 milliards de dollars en 2021, en forte hausse par rapport à l’année 2020 qui étaient de près de 6 milliards de dollars. Les exportations algériennes vers l’Italie (constituées notamment des hydrocarbures) ont avoisiné les 6,24 milliards de dollars en 2021, alors que les importations de ce pays (principalement des machines, des produits pétroliers raffinés, des produits chimiques et des produits sidérurgiques) ont atteint les 2,26 milliards de dollars.

Le gazoduc Trans-Mediterranean Pipeline (TransMed), qui lie les deux pays depuis 1983 et traverse la Tunisie, dispose d’une capacité de livraisons de 33,15 milliards de mètres cubes par an.

Ce gazoduc a permis à l’Algérie d’exporter vers l’Italie 14,8 milliards de m3 de gaz naturel en 2020, en progression de 12% par rapport à 2019, classant l’Algérie deuxième fournisseur avec une part de marché estimée à 22%.

Les volumes de gaz exportés vers ce pays vont augmenter de 9 milliards m3/an à partir de 2023/2024, à la faveur de l’accord signé, le 11 avril dernier à Alger par les Pdg des groupes Sonatrach et Eni.

L’Algérie et l’Italie s’inscrivent également dans la perspective de l’élargissement de ce partenariat à d’autres domaines d’activités. Il s’agit, entre autres, de l’industrie mécanique, de l’agriculture, de l’enseignement supérieur, du tourisme et de la culture.

L’Algérie compte aussi s’inspirer de l’expérience italienne dans les domaines des petites et moyennes entreprises, la construction navale, l’industrie pharmaceutique, les technologies de l’information et des télécommunications, ainsi que la restauration de bâtiments anciens.

Amir Hani

Envoyer un commentaire

0Shares