BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates

Afin d’identifier les meneurs des troubles de Bejaia: La police enquête sur les réseaux sociaux

DIA- 06 janvier 2017: De notre correspondante de Bejaia: Dyhia Abbes: L’appel anonyme pour une grève des commerçants de cinq jours, l’absence de revendications et d’organisateurs intrigue les services de sécurité de la wilaya de Bejaia. Outre ce qu’ils peuvent tirer des auditions des pilleurs et casseurs arrêtés dans le sillage des émeutes de dimanche, lundi et mardi, les enquêteurs orientent présentement leurs recherches sur les réseaux sociaux. C’est ce qu’a indiqué à DIA une source proche des services de sécurité. Les enquêteurs exploitent les comptes facebook et twitter ainsi que les sites de toutes les personnes ayant eu à s’exprimer avant durant et après les événements, notamment ceux et celles qui ont eu à glorifier, encourager et propager des informations souvent gonflées. Les adresses IP seront le fil conducteur qui mènera forcément, ajoute notre source, les enquêteurs vers les instigateurs aussi bien de la grève que des émeutes qui l’ont émaillé. Jusqu’à hier rien n’a filtré sur le nombre de personnes arrêtées dans le sillage des scènes de violences qu’a connu trois jours durant la ville de Bejaia et différentes localités de la vallée de la Soummam et de la Côte est. Une source du parquet de la wilaya fait état de plus d’une centaine de personnes présentées devant les juges. Elles sont en majorité des jeunes interpellés dans la foulée des manifestations ou en possession de matériels volés au niveau du show room de Condor (un fabriquant de matériel électronique), de la direction de l’éducation et de l’agence bancaire BNP Paris Bas, sise au carrefour Dawadji. Parmi les personnes interpellées figurent des adultes dont un couple pris en flagrant délit de vol de deux téléphones portables au show room Condor, un retraité près de chez lui à la cité Aouchiche avec deux téléviseurs plasma et un climatiseur dans un  fourgon sans immatriculations au barrage fixe de Bir Slam à l’entrée de la ville de Bejaia, aux cotés d’autres jeunes pris la main dans le sac ou dans l’entourage des lieux pillés. La flambée de violence qui ressemble, notamment par son origine obscure, à celle qu’a connue Alger début 2011 trouve en fait son explication dans ces intentions malsaines de certains individus de piller les édifices publics et privés. Les émeutiers en majorité des jeunes ont été manipulés par ceux là même qui avaient soigneusement préparé leur coup. En mobilisant la police au niveau de points chauds des manifestations, ile entreprennent de piller en toute impunité. Mais c’était sans compter sur ces dizaines de caméras placées sur les édifices mais également celles du citoyen lambda qui de chez lui filme tout. Au début, les soupçons étaient orientés vers les barons de l’importation et les grossistes. Selon le président du bureau de l’UGCA de Bejaia, qui soulignait que devant « une mévente constatée ces trois derniers mois, les importateurs ont provoqué de manière anonyme cette grève des commerçants pour inciter les consommateurs à s’approvisionner en masse et liquider par voie de conséquence leurs stocks de produits alimentaires notamment». Ceci avant que l’événement ne leur échappe au profit d’autres manipulateurs, motivés par la casse et le pillage.

TwitterGoogle+Partager

Voir Aussi

DIA-COURRIER INTERNATIONAL

Courrier international : DHL domine 77% de part de marché en Algérie

DIA-29 mars 2017: Tout au long de la conférence de presse qu’il a animée, ce ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *