Haroun, un humoriste "politiquement correct" censuré à Paris et attendu à Alger - DIA
40132
single,single-post,postid-40132,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
Publication FB 1200x1200 H

Haroun, un humoriste « politiquement correct » censuré à Paris et attendu à Alger

DIA-16 février 2019: La première de « HAROUN » en Algérie se fait discrètement mais sûrement.  Avec sa gueule d’étudiant à la Sorbonne et son sourire malicieux de travers, il n’a pas une tête à faire des blagues, mais comme de nombreux apprentis humoristes maghrébins, c’est par le Djamel Comedy club de Debouzze qu’il fait ses débuts.  En parcourant sa bio, aucune indication sur son nom de famille et encore moins sur son pays d’origine. Haroun n’est en réalité qu’un pseudonyme, symboliquement emprunté du nom hébraïque « Aaron ».   

Né en 1984 ou 1985, Haroun grandit en région parisienne. Féru de breackdance et d’impro, qu’il découvre à son entrée en école de commerce, il obtient un master en management et crée sa société avant de décider de partir faire le tour du monde. A son retour il écrit son premier spectacle Tous complices qu’il teste sur plusieurs scènes ouvertes et au Jamel Comedy Club. 

Adepte de l’humour noir et de l’absurde, Haroun décide en 2015 de donner une nouvelle impulsion à sa carrière. Il débarque dans la capitale, livre une prestation remarquée au Jamel Comedy Club, et décroche une collaboration avec le groupe France Télévisions.  En 2016, l’humoriste lance sa série « Haroun casse la télé » dans laquelle il détourne des interviews de personnalités politiques.

Apprécié pour son humour noir et pince-sans-rire, qualifié de « sniper du stand-up français » par le magazine Les Inrocks avec « ses vannes à l’acide », il lance en 2017 un deuxième spectacle au théâtre La République à Paris, simplement baptisé « Haroun », ainsi qu’un spectacle « spécial élections » pendant les présidentielles françaises. 

En 2017, Haroun remonte seul sur scène devant le public avec un deuxième one-man-show baptisé Haroun, tout simplement.

En mai 2018, il crée un spectacle « spécial Internet » disponible en replay sur son site Onrigolebien.com. 

Médiatisé par le groupe Canal+, il est censuré sur les autres télévisions et même les chaînes publiques, notamment dans l’émission « Le grand show de l’humour » diffusée sur France 2 et présenté par Drucker. Haroun a vu une partie de ses sketchs – notamment sur Robert Ménard et les musulmans, le sida en Afrique, la nausée devant Touche pas à mon poste…amputés

En Algérie, il est surtout connu pour son sketch « Le monde arabe », publié sur youtube en avril dernier et vu plus d′1,3 million de fois. Il évoquait de manière drôle et grinçante les différents « travers » des pays arabes, de l’histoire à la géopolitique en passant par la religion. On attend avec impatience ses vannes sur l’Algérie et éventuellement des blagues sur la Présidentielle 2019.   

Le comédien qui fait une tournée dans le Maghreb, est attendu de pied ferme par les Algériens et les organisateurs qui avaient prévu une seule date pour l’Algérie (Contre 3 pour le Maroc et 2 pour la Tunisie) ont rajouté une deuxième représentation pour ses fans le 22 février à 17h00 grâce au succès qu’à connu la vente de ses billets qui ont été fixé à 3000 DA l’unité. 

Son spectacle qui est donc prévu pour le vendredi 22 février 2019 à 17h00 et 20h30 à l’Opéra d’Alger intervient dans un contexte politique sensible marqué par d’éventuelles manifestations contre le 5e mandat.

Amel Bouchaib