DIA | L’affaire du Lycée Seballa provoque un tollé: Les parents d’élèves témoignent
9528
post-template-default,single,single-post,postid-9528,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

L’affaire du Lycée Seballa provoque un tollé: Les parents d’élèves témoignent

DIA-05 septembre 2016: Suite à la publication de notre article sur l’exclusion de lycéennes non voilées, des parents nous ont écrit pour témoigner, dénoncer cet état de fait et raconter ce qui s’est réellement passé ce jour là.

Un des parents des jeunes filles a témoigné sur le site de DIA pour démentir certains informations disant que c’était des rumeurs ou de l’intox. Tout en gardant l’anonymat pour éviter que des sanctions soient portés contre sa fille, il a déclaré: « Je témoigne qu’effectivement les filles non voilées étaient interdites d’accès à l’intérieur du lycée par un homme portant kamis et une longue barbe, ma fille en faisait partie. A 8h30 le chef de brigade de la gendarmerie nous a permis de pénétrer dans l’enceinte du lycée et a demandé à voir le directeur qui était finalement cloîtré dans son bureau malgré le brouhara . Croyez moi toutes les filles portaient des tenues plus que correctes, d’ailleurs la situation géographique du lycée ne permet vraiment pas aux filles de s’ habiller librement. »  

Un autre parent d’élève réagit saluant l’intervention de la gendarmerie: « On a atteint le fond lorsque une réalité injuste est mise en doute. Reste-t-il des gens sensées dans ce pays? Je suis père d’une fille qui a été empêchée de rejoindre sa classe pour des motifs relevant de pensées hors sujet. Ma fille portait une tenue très correcte mais ne relevant pas d’une pratique ostentatoire . Elle est très bonne élève avec une excellente moyenne au B.E.M 2016. Par ailleurs, je rends hommage à la gendarmerie nationale qui a intervenu avec promptitude , ce qui a permis aux élèves refoulées de rejoindre le lycée. » 

Sur la page de l’article qu’a publié par DIA, une soixantaine de réactions ont été postés par les lecteurs, où la majorité des intervenants ont dénoncé cet état de fait et ont demandé des sanctions contre le proviseur du Lycée et l’appariteur en kamis. La question de l’Islam a été également soulevé durant le débat avec quelques clashs entre partisans et opposants du voile.

Amel Bouchaib

13 Comments

  • amina
    6 septembre 2016 0:42

    Merci à la gendarmerie et heureusement que les parents n ont pas cédé devant un tel énergumène qui doit être poursuivi pénalement et licencié pour lui montrer que le lycée appartient à l état et n est pas son bien prive pour dicter sa loi,,le rôle du proviseur doit être clarifié,en est il le responsable ou etait t il sous menace?..

  • Mourad
    6 septembre 2016 10:28

    L’affaire ne devrait pas s’arrêter là , des sanctions sévères contre ce proviseur et cet agent doivent suivre et portées à la connaissance de l’opinion , ils ont traumatisé des filles , leur parents et même l’opinion le 1er jour de leur rentrées sensée être un jour de joie et de fête , pour arrêter les dégâts ce proviseur doit-être démis de ses fonctions ainsi que cet agent pour arrêter les dégâts et donner l’exemple. Les parents d’élèves ne doivent pas baisser les bras et doivent garder leur détermination jusqu’à obtention des dites sanctions.

  • rachida
    6 septembre 2016 12:01

    Quand on voit le nombre de femmes qui restent non voilées par rapport à celles qui sont voilées, je leur dis vous êtes courageuses ,c est des kahina en puissance.
    Un jour j étais à la poste de Dely Ibrahim et les étudiants venaient pour payer leurs frais d inscription,sur 10 etudiantes voilées, une seule ne l était pas,je lui ai demandé comment elle a résisté aux sirènes des islamistes qui obligent les femmes à se voiler?C est les autres qui m ont repondu en me disant qu elles venaient de quartiers populaires et que si elles ne mettaient pas le voile,elles n auraient pas pu continuer à étudier.
    Je suis restée sidérée car finalement tout notre combat durant la decennie noire pour ne pas céder au dictat des salafistes n a servi à rien,la réconciliation nationale leur a donné du pouvoir qu il exerce dans l indifférence totale des pouvoirs,comment combattre un ennemi quand l état le defend……Heureusement que des algeriens continuent la lutte et ne laissent pas ces énergumènes qui n ont pas de cerveau avoir le dessus.
    Pour les jeunes générations qui viennent,pardon de ne pas vous avoir assez defendu afin que vous soyez libres de porter ou non le foulard…..Pardon encore une fois,c est de notre faute….

  • rachida
    6 septembre 2016 12:21

    Pourquoi autorise t on un type à venir travailler en kamis???? »La tenue ne fait le moine »mais dans ce cas c est le but,terroriser les filles qui ne suivent pas ces préférences vestimentaires à savoir foulard et burqua……
    Le ministère de l education devrait exiger de ces travailleurs des tenues correctes c est la moindre des choses.
    Ceux qui ne se plient pas ,doivent aller chercher un travail en dehors de l administration et de la fonction noble qu est l education nationale.
    Trop de laisser aller nous a mené à ce genre de comportement ou n importe qui peut mettre en oeuvre ses propres lois selon ses desirata.
    Ce n est pas uniquement le rôle de la ministre de l education mais de toutes les instances.
    Un grand coup de pied dans cette fourmilière est necessaire pour sortir l école des griffes des obscurantistes qui veulent ramener l Algerie à des siècles en arrière

    • Anonyme
      7 septembre 2016 8:05

      Il paraît que ce n’était os un agent de sécurité. Apparement , ce lycée ne possède pas suffisamment (si ce n’est pas du tout) d’agents de sécurité de sur éveillants et surveillant généraux. Il s’agirait d’un prend d’élèves proclamé agent.

  • makdeux
    6 septembre 2016 12:26

    Les mauvaises herbes sont resistantes. Ces gens ne renonçeront pas avant d’avoir voilé tout le pays. Et partant toute la planète. Les occidentaux, outre la curiosité scientifique qui les caracterise cherchent d’autres mondes dans l’univers au cas où….

  • rachid
    6 septembre 2016 13:25

    après tout ce que nous avons vécu ,il semblerait que ceux qui nous ont conduit au désastre ont eu gain de cause ,dans u pays digne de ce nom et qui a tant souffert ,ces gens là ne devraient plus avoir la parole ni le droit à ce montrer , ni à occuper des postes lié à la jeunesse dans leurs tenues provocantes ( kamis et barbe). un établissement scolaire est une institution républicaine ,l’état doit veiller à l’éloigner de toutes manifestations idéologiques .
    je suis pour l’Exigence d’une tenue correcte propre et moderne ( costume cravate) pour tout agent exerçant dans un établissement scolaire et même les femmes ne doivent pas trop exagérer dans leur habits qui n’a jamais été algeriens (bourka par exemple).
    à notre époque le professeur était toujours tiré à quatre épingles ,et la madame la professeur s’habillait comme une reine et sentait bon ce qui nous poussait nous ,filles et garçons à avoir beaucoup de respect pour eux et en même à espérer être comme eux à l’avenir . d’ailleurs qui de nous n’a pas immité son professeur dans l’habit la propreté et le parfum?

  • tayeb
    6 septembre 2016 14:19

    Rachid
    Le costume aussi n’a jamais été un habit algérien

  • AREZ
    6 septembre 2016 14:36

    Voilà ce qui arrive lorsque l’Etat ne peut pas assumer ses missions. Les débats et les polémiques porteriont sur les hidjab, les voiles, les burkas, les burkini mais jamais sur la science, le progrès, le travail, le modernisme. Nous resterons toujours à la traine de ce monde occidental que nous traitons de mécréants , mais dont nous profitons des bienfaits de son travail. Que serions nous sans son agriculture, son industrie, sa science? Des primates et rien d’autre. Avec ou sans pétrole ,avec ou sans les milliards de dollars, quand notre tube digestif est branché sur l’Occident, il ne nous reste plus que l’Est pour orienter nos prières demander à DIEU d’avoir pitié de nous et de nous aider.

    • lilia
      7 septembre 2016 11:59

      Porter in kamis sur un lieu de travail est inadmisible a la mairie de belcourt la moitie des enployes sont en kamis cest inadmisible .quand a renvoyer des eleves parceque elle sont pzs voiles je trouve que cest exagerer ou est le ministre de leducation nationale

  • samir
    6 septembre 2016 17:53

    tout est une question d’hypocrisie on est tous coupable dans cette afaire on veut tous vivre en liberté sans payer le prix c’es jent la il fait étre directe avec eu.c’est a limage de leur religion

    • abbas
      7 septembre 2016 7:14

      les parents devraient la démission du directeur de ce lycée,, il ne mérite pas son poste.nous avons combattu pour que l Algérie soit un pays libre et moderne.

  • Bencharif Mohammed Lamine.
    7 septembre 2016 18:50

    Pas de politique de bas niveau dans nos écoles et pour nos enfants.
    Une réponse à ces illuminés, la valeur d’un bon musulman, n’est ni sa barbe, ni son kamis, ni le voile et encore moins la Burka, ce sont tout simplement ses comportements, son honnêteté, sa propreté, physique et surtout mentale, la tolérance, le respect,son éducation, et le vivre ensemble, dans le respect mutuel, la droiture, l’entraide, le dévouement,le travail bien fait, le civisme ,c’est cela L »ISLAM, religion d’amour et de paix.

Envoyer un commentaire