Rachid Bouchareb représentera finalement l'Algérie aux Oscars 2018 - DIA
22969
single,single-post,postid-22969,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive
DIA-Oscars bouchareb

Rachid Bouchareb représentera finalement l’Algérie aux Oscars 2018

DIA-17 septembre 2017: Après avoir fait le tour des productions cinématographiques algériennes de 2016 et 2017, la commission nationale chargée de choisir le film algérien candidat aux Oscars 2018 a jeté son dévolu sur le dernier film de Rachid Bouchareb, « En route pour Istanbul« , réalisé et sorti en 2016 pour représenter l’Algérie aux Oscars. Le dossier a été validé il y a une semaine, mais l’information a été gardée secrète en attendant l’envoi officiel du dossier à la commission chargée des films étrangers à l’académie des Oscars à Los Angeles. Suite à notre article d’hier où on annonçait que l’Algérie risquait de ne pas avoir de représentant aux Oscars, nous avons été contactés par la commission pour nous annoncer la nouvelle. Une conférence de presse sera justement organisée pour annoncer officiellement la présélection du film algérien.    

C’est donc un film algérien réalisé il y a deux ans, (Le règlement des Oscars le permet) qui a été choisi pour représenter l’Algérie aux Oscars. L’Année dernière, le film de Bouchareb était même en compétition avec le film de Lotfi Bouchouchi, pour représenter l’Algérie aux Oscars. La commission avait choisi le film « Le Puits » suite à l’accord  de Bouchareb justement.      

Coproduit par l’Algérie, la France et la Belgique, le film sorti en 2016 relate le calvaire d’une mère (Magistralement jouée par l’actrice Belge Astrid Whettnall) pour récupérer sa fille partie en Syrie pour rejoindre les groupes de Daech, et la convaincre de revenir en Belgique, son pays natal.

Co-écrit par l’écrivain Yasmina Khadra, Olivier Lorelle et Zoe Galeron, le film qui était présent à la dernière Berlinale 2016, a participé à plusieurs festivals dont le FIOFA en 2016.

Une partie du film a été tournée à Tlemcen, avec le soutien de l’ANP qui lui a fourni notamment les hommes en uniformes et un hélicoptère et la participation d’une pléiade de comédiens algériens pour jouer le rôle de syriens. C’est le cas de Mourad Khan, en chauffeur de taxi syrien passeur des frontières. Louisa Nehar dans le rôle d’une Tunisienne en détresse, ou encore Fawzi Saïchi, dans le rôle d’un passeur syrien corrompu, mais aussi le jeune Mehdi Ramdani, qui joua notamment dans plusieurs court-métrages algériens et qui interprète dans le film le rôle d’un traducteur avec un bon accent anglais. On découvrira aussi la présence d’un comédien «beur» Abdel Djafri, qui joue le rôle principal d’un inspecteur de police turc.

Avec « En route pour Istanbul » dont la thématique est toujours d’actualité, le film a plus de chances de passer dans la short list. Rachid Bouchareb a de l’expérience dans la course aux Oscars puisqu’il a été nominé trois fois avec « Poussière de vie »,  » indigènes » et « Hors la loi ». Ce succès lui a valu une notoriété aux Etats-Unis où il a tourné plusieurs films.     

Salim Aggar