DIA | A madame Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat Français
61531
post-template-default,single,single-post,postid-61531,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

A madame Laurence Rossignol, vice-présidente du Sénat Français

DIA-27 mai 2021: Suite à votre intervention, à propos de l’Algérie, au Sénat Français. Vous écrivez sur votre Facebook : « Ce mercredi 26 mai, lors des Questions d’Actualité au Gouvernement, j’ai interpellé Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères sur la situation des droits humains en Algérie, ainsi que sur la possibilité pour la France de soutenir les aspirations démocratiques des algériens qui s’expriment au sein du hirak. Un mouvement pacifiste qui réclame un État civil, le respect des droits humains fondamentaux et, entre autres, la fin de la corruption qui gangrène l’économie du pays. »

Au début, j’ai évité de vous répondre parce que votre intervention au Sénat français est tellement orientée et débile que je me suis dit qu’il est futile de répliquer à un perroquet d’une part et que d’autre part votre Ministre des Affaires Étrangères, en réponse, a bien suggéré en quelques mots et qualificatifs votre pensée et votre objectif.
Finalement, je vous réponds et par ricochet à vos manipulateurs Français et Algériens de l’émigration qui vous ont utilisé, en particulier, parce qu’ils ont dû déceler chez vous une bêbête qui gobe tout sans trop de réflexion !

Comme, je l’ai déjà fait à une de vos collègues – elle députée aussi niaise que vous sénatrice socialiste, en l’occurrence Madame Mathilde Panot qui crèche chez “France Insoumise” – vous dégurgitez un ramassis de slogans et de propagande qui prouve bien que votre but est plutôt l’ingérence et la subversion !

Et si vous vous occupiez de vos oignons, de votre salade, de votre Covid, de vos gilets jaunes, de votre pseudo-démocratie, de votre presse aux ordres, de vos corrompus, de vos pauvres, de votre récession, de votre déchéance sur le plan international, de votre retard en matière de recherche scientifique etc.

Vous n’avez pas cité aussi la nouvelle loi électorale, en particulier pour les législatives, qui doit être « moins démocratique » que celle de votre pays, car la nôtre prévoit un mode de scrutin à la « proportionnelle » avec vote « préférentiel » c’est-à-dire que l’électeur algérien doit choisir, le pauvre, son ou ses candidats au sein de sa liste préférée ! Pas comme la France « démocratique » qui privilégie les « têtes de liste » qui épargne aux français la peine de cocher un ou des candidats ! Cela doit être sans aucun doute ce mode « tête de liste », où l’on privilégie les copains et les coquins, qui vous a propulsé « sénatrice » !

Qu’avez-vous fait pour aider vos « hirakistes » des gilets jaunes ? Ils sont interdits de manifestation depuis longtemps chez vous, alors qu’en Algérie ils le sont depuis une semaine, au 117ème pseudo-hirak, qui commençait à exhiber des slogans violents, « importés » depuis votre pays, visant l’Armée Algérienne, ses services de sécurité et ses institutions dont le Président de la République élu !

On a tout vu chez vous ! En Algérie, le simple citoyen peut tout voir de ce qui se passe ici et chez vous, mieux que vous ne le pensez et mieux que vous la sénatrice qui se fie au « bouche à oreille » !

Avez-vous comparé le nombre de morts, de blessés, d’arrestations et de condamnés chez vous et chez nous en Algérie ? Bien sûr que non ! Votre genre ne voit et n’entend rien de ce qui se passe chez lui et même hors de France, mais porte une oreille attentive à ceux, résidants en France, qui lui rapporte les bruits et chuchotements qui se produiraient ou pourrait se produire en Algérie ! Même dans le faux, vous vous empressez à les dégurgiter dans votre parlement ou Sénat, pourvue que cela donne l’ivresse ! Etes-vous rémunéré pour ça ? Fort possible ! Avec ce que l’on voit au parlement européen et les lobbies qui le dirigent ce n’est pas étonnant et nouveau !

En voyant votre parcours, professionnel, associatif et politique, il nous est permis de douter de vos engagements et de votre honnêteté ! Passer du coq à l’âne en politique n’est-ce pas selon ”ce que ça rapporte” et non selon les principes ? Ligue communiste révolutionnaire, journaliste à ”La Vie ouvrière”, différents syndicats, Parti socialiste, cheffe de cabinet Fabius (celui qui aime Daech pour avoir fait du ‘bon boulot’), chargée d’étude à la Mutuelle des étudiants où elle perçoit une rémunération de 1100 euros pendant dix-huit ans pour 2 jours de travail partiel par semaines, impliquée dans l’affaire d’enrichissement personnel et d’emplois fictifs de la MNEF (Que choisir, s’interroge : « Si Mme Rossignol a vraiment été au service de la santé des étudiants » wikipédia), échoue à deux reprises à la députation, Ministre au Gouvernement Valls, à RMC elle a comparé les femmes musulmanes choisissant de porter le voile aux « nègres américains qui étaient pour l’esclavage »….Passons !

Franchement étiez-vous sérieuse et convaincue que ce que vous rapportiez, au Sénat, à vos collègues, n’étaient pas des canulars, des mensonges et des rumeurs ? Si oui, je vous invite à lire ce commentaire tiré de mon prochain article et peut-être qu’il vous instruira ou vous réveillera sur ce qui s’est déroulé en Algérie que vous semblez aimer voir démocratique, libre, humaine, sans arrestations arbitraires, sans tortures et peut-être aussi sans Armée, sans policiers, sans justice, sans écoles, sans universités, sans pétrole, sans avions, sans bateaux, sans moyens pour fuir et rejoindre votre pays de paix, de culture, des droits de l’homme, de liberté et de démocratie !  

Est-il acceptable et logique que le Hirak original des débuts (jusqu’au 7ème /8ème) qui a regroupé des centaines de milliers de citoyens dans une douzaine de grandes villes d’Algérie criant des slogans clairs et précis comme « non au 5ème mandat », « changement du système de gouvernance », « yetnehaw ga3 (on les enlève tous) », « armée et peuple des frères » puis « poursuite judiciaire des pontes corrompues » puisse se transformer en slogans opposés après avoir obtenu l’essentiel des revendications (possibles dans l’immédiat) avec l’aide agissante de l’Armée dont-on a réclamé d’assumer la responsabilité ? C’est alors que (au 10ème hirak et suivant jusqu’aux 117ème) des forces chevauchant la vague, sont apparues, avec des slogans insolites et violent entrant dans le cadre « printaniste » et « islamistes » exigeant qu’on « enlève tout le monde », entendre même ceux à l’origine de la déchéance du pouvoir, le chef de l’Etat intérimaire, les ministres intérimaires, le refus de toutes nouvelles élections, même après l’élection au suffrage universelle du nouveau Président ! Des slogans surgissant curieusement au moment où les poursuites judiciaires battent leur plein ! Des centaines de milliers dans au moins une douzaine de grandes villes le « hirak » a vu le nombre de ses manifestants se réduire subitement comme peau de chagrin pour se limiter à 3 / 4 villes ne regroupant que quelques milliers puis quelques centaines ! Il faut dire que les slogans sont devenus clairement séditieux ! Contre le Président, contre l’Institution militaire en s’attaquant à ses officiers, contre les services de sécurité, les qualifiant tous de « traitres » à la nation et au Peuple, contre les législatives en préparation malgré un nouveau code électoral des plus démocratiques ! Ils réclament, par contre, le changement par une « phase de transition » (anticonstitutionnelle), sans vote du peuple, que dirigerait un trio de personnalités inconnues dont les noms sont balancés par un certain professeur… depuis la France !  Curieux non ? Les autorités, par souci de stabilité, étaient obligés d’appliquer la loi en matière de manifestations…tout comme en France ! Chez vous c’est réglementé, non ? Certains ont enfreint à la loi, ils ont été arrêtés. Le reste ce sont des arrestations entrant dans le cadre des délits commis par des voyous. C’est arbitraire aussi ? Est-ce des affaires algéro-algériennes ou algéro-françaises ?

Êtes-vous venue au “secours” des gilets jaunes ? On ne vous a pas entendu, au Sénat, soutenir le Hirak, dès ses débuts, lorsqu’il réclamait le refus du 5ème mandat, le limogeage des pontes corrompues du pouvoir, les poursuites judiciaires des figures du «système» comme vous le faites pour ces fossoyeurs! Ce n’est qu’une fois que le peuple a obtenu l’essentiel de ses revendications que des activistes et des agitateurs, suppôts du régime déchu, sont apparus et dont vous venez de porter les revendications au Sénat avec l’aide de vos maîtres-manipulateurs de chez vous en France. Vous êtes donc un maillon.

Savez-vous que vous soutenez des activistes qui refusent les élections présidentielles pour une «transition» qu’ils veulent diriger sans élections, qui refusent les législatives prochaines du 12 juin? Est-ce un hasard que vous intervenez à quelques jours des élections pour interpeller vos collègues au Sénat ?

On vous a instruit de dire qu’il y a des « détenus d’opinion » ? Si vous avez des noms, alors portez les à la connaissance des autorités compétentes qui vous donnerons sûrement les griefs !

Maintenant que « la vache à traire » n’est plus dans leur étable, mais dans celle du peuple, qui exige plus de comptes, les voilà tirer à boulets rouges sur tous ceux qui s’emploient, à éliminer les traces de ce régime de privilèges, de passe-droits, avec l’aide de votre clan par l’ingérence. Drôle de démocrate vous êtes !

Des démocrates, comme vous, qui soutiennent une solution par une « phase de transition » sans élections, contrairement à nos militaires qui soutiennent obstinément la solution par les élections ? Vraiment, le monde à l’envers !

Pouvez-vous imposer cette insanité chez vous ?

Au lieu de vous ingérer dans les affaires qui ne vous regarde, pas en tant que sénatrice ou autre, intéressez-vous plutôt à cette Françafrique que ne cessent d’appuyer des autocrates pour servir vos intérêts.

Pour votre gouverne, en guise de conclusion, voici un extrait du défunt chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP). Peut-être que vous comprendrez la définition du mot « dictateur » et à qui il s’applique :  «Leur véritable objectif est d’induire l’opinion publique nationale en erreur … pour s’autoproclamer fallacieusement comme les porte-voix du peuple algérien… [notre] approche s’articule sur la primauté de la légitimité constitutionnelle, à travers l’organisation d’élections présidentielles transparentes … afin d’éviter toutes les phases de transition dont les conséquences sont périlleuses, clamées par certaines parties … qui commencent à être démasquées, et nous avons des informations confirmées de leur implication, que nous dévoilerons au moment opportun… »

Je vous raconte cela non pas pour justifier quoi que ce soit, mais pour montrer votre ignorance en politique et en affaires internationales. Quand vous, de surcroit, ignorez celles de vos voisins proches, mieux vaut changer de métier ! Vous faites dans l’ingérence dans les affaires d’autres pays ! C’est interdit par les lois internationales ! Le savez-vous madame la sénatrice ?

Amar Djerrad

6 Comments

  • Mellah hocine
    27 mai 2021 10:21

    Cher Monsieur Djerrad , écoutez ce grand chercheur Hosni Kitouni, : « L’heure est venue d’écouter la voix de la raison et du patriotisme »Je n’ai jamais imaginé que dans ma ville, dans mon pays, il puisse m’arriver une chose pareille, alors que je n’ai absolument rien fait de répréhensible. Je marchais simplement dans la rue.
    Une rue située exactement à 100 mètres de celle qui porte le nom de mon père : avenue Kitouni Abdelmalek, là où enfant, j’ai été témoin des rafles et des exactions de l’armée française, où j’ai vu comment on jetait nos frères dans les fourgons cellulaires. Et voilà que soixante années après l’indépendance, je suis raflé par la police de mon pays, sans motif, sur simple présomption de délit d’attroupement. Même si les policiers ont été d’une extrême correction à mon égard, cependant, rien ne peut justifier cette arrestation, d’autant plus qu’elle n’est fondée sur aucun motif légal. Voir, en outre, deux fillettes de 10 et 14 ans être raflées avec leur mère pour avoir eu le tort de se trouver sur les lieux présumés de la manifestation, cela m’a été insupportable et je ne pouvais rien faire pour m’y opposer.
    Fraternellement.

  • Mellah hocine
    27 mai 2021 11:00

    Pourtant , oui pourtant sur le plan économique la France a toujours fait le forcing auprès de ses partenaires pour venir en aide au régime , malgré l’absence sur place des investisseurs Français pendant les années noires de la violence, le retard est entrain de se comblé à une vitesse phénoménale et nul ne doute sur la part du marché qui revient aux français dans une Algérie pacifiee, la France est et reste la grande blanchisserie de l’argent sale algériens ( placements bancaires, achats immobiliers, prise de part dans plusieurs sociétés côtés en bourse).
    La triste réalité est là.

  • Massinissa
    27 mai 2021 14:36

    TOZ et RETOZ Monsieur DJERRAD vous carresez bien dans le sens du poil de tes parrains

  • omar
    27 mai 2021 16:39

    Ce qui cet énergumène, écrivain d’amulette, réclame, c’est le droit au massacre à huis clos!

  • Mellah hocine
    27 mai 2021 16:44

    Mr Djerrad Amar, quelqu’un avait écrit : Le régime algérien ne supporte ni une réelle opposition ni une séparation des pouvoirs. De ce point de vue, il est à se demander pourquoi il organise des élections puisqu’il ne reconnaît pas l’autonomie du pouvoir législatif. En réalité, l’Assemblée nationale, souveraine uniquement dans la confection de lois techniques sans signification politique, sert de façade démocratique à un pouvoir qui ne l’est pas. N’étant pas un Etat de droit, le régime n’a en fait pas besoin d’une Assemblée nationale souveraine puisque la souveraineté est exercée par la police politique dépendant du ministère de la Défense nationale (elle décide des grands équilibres budgétaires, désigne les principaux ministres et choisit le Président). Il a néanmoins besoin d’agents faisant fonction de députés car certaines de ses décisions requièrent le sceau du Parlement pour leur conférer la légitimité nécessaire. De ce point de vue, l’Assemblée nationale est un appendice du pouvoir exécutif qui désigne ses propres représentants pour (ne pas) parler au nom de la population.
    Les candidats à cette fonction seront toujours nombreux car le statut de député est une source d’enrichissement : 200 000 DA par mois, voiture, billets d’avion, et surtout trafic d’influence pour obtenir terrains, appartements, marchandises frauduleusement importées et destinées au trabendo (trafic, ndlr) sans payer les taxes douanières, etc. Le pouvoir aime ce genre de personnel apolitique et corruptible afin de lui faire avaliser n’importe quelle loi et le tenir à l’écart des questions essentielles de la souveraineté. Dans un Etat de droit, un député représente un contrepoids au pouvoir exécutif dont il contrôle les actes, avec le pouvoir judiciaire, mais en Algérie c’est loin d’être le cas, car l’ordre du jour de l’Assemblée nationale est fixé par la présidence qui veille à ce qu’aucun problème sensible ne soit discuté librement par les vrais-faux députés. Et les problèmes sensibles, il en existe dans l’Algérie de 2002 : l
    Oui , vous avez bien lu 2002 , nous sommes en 2021 près de 20 ans pour cette article et rien , absolument rien n’à change dans le domaine.
    Un domaine bien plus complexe car agrémenté par le puzzle économique . On le sait, l’économie algérienne est totalement dépendante des exportations de pétrole et de gaz, qui représentent 97 % des exportations (et 60 % des recettes fiscales de l’État). La production nationale de biens de consommation est sinistrée et l’essentiel doit être importé. Depuis les années quatre-vingt, la poignée de ceux qui contrôlent le pouvoir ( 3issaba) a fait passer à une échelle industrielle le « système des commissions » consistant à prélever à leur profit, par divers mécanismes occultes, 10 % à 15 % de ces flux d’exportation et d’importation . Ce que résume sobrement en ces termes l’ancien ministre du Commerce Smaïl Goumeziane : « De l’aveu même du président de la République, le commerce extérieur du pays serait entre les mains de dix à quinze personnes. Par ce biais, on estime qu’un milliard et demi à deux milliards de dollars fuient le pays chaque année. En trente ans, ce sont ainsi quelque 30 à 40 milliards de dollars de richesse nationale qui s’en sont allés se loger off shore dans les comptes numérotés de quelques banques internationales vertueuses, ou s’investir hors du pays dans l’hôtellerie, dans l’immobilier ou dans le négoce international ] . »
    Mr Amar Djerrad ne vous cassez pas la tête en vous attaquant , lividement , à ces politiciens français , leur vrai jeu est très clair.

Envoyer un commentaire

0Shares