DIA | Affaire Saïd Djabelkhir : Amnesty international appelle à annuler la condamnation
60710
post-template-default,single,single-post,postid-60710,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Affaire Saïd Djabelkhir : Amnesty international appelle à annuler la condamnation

Spread the love

DIA-22 avril 2021: Dans un communiqué publié juste après ce verdict, le bureau d’Alger d’Amnesty International a réagi, appelant à “annuler immédiatement» cette condamnation.

“Il est scandaleux que Said Djabelkhir soit condamné à trois ans de prison simplement pour avoir exprimé son opinion sur des textes religieux. Punir quelqu’un pour son analyse des doctrines religieuses est une violation flagrante des droits à la liberté d’expression et à la liberté de religion – même si les commentaires sont jugés offensants par d’autres» a déclaré Amna Guellali, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International.

Pourra rappel, le tribunal de Sidi M’hamed (Cour d’Alger) a condamné, ce jeudi, l’universitaire Saïd Djabelkhir, poursuivi pour offense à l’Islam, à 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 50.000 DA.

Le Procureur de la République près la même juridiction avait requis l’application de la loi dans l’affaire de l’universitaire spécialiste en jurisprudence de la Charia islamique.

Saïd Djabelkhir a été poursuivi dans cette affaire suite à une plainte déposée par un enseignant à l’Université de Sidi Bel-Abbès et un groupe d’avocats.

Amir Hani

1 Comment

  • Caton l'ancien
    22 avril 2021 21:08

    Les juges algériens ont-ils vraiment été formés académiquement en droit ?
    A travers toutes les aberrations et les âneries que l’on entend tous les jours que Dieu fait dans les traitements des affaires judiciaires, on est en droit de se poser pareille question.
    Le jour où l’Algérie aura un président et un gouvernement légitimes et dignes de ces noms, il faudra en premier se pencher sur le corps de la magistrature et le nettoyer de fond en comble des éléments véreux, incompétents et des suppôts et larbins de l’association de malfaiteurs qui “gère” le pays depuis quelques lustres.

Envoyer un commentaire