DIA | Ahmed Rachedi désigné conseiller de Tebboune chargé du cinéma et de l’audiovisuel
60559
post-template-default,single,single-post,postid-60559,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Ahmed Rachedi désigné conseiller de Tebboune chargé du cinéma et de l’audiovisuel

DIA-13 avril 2021: Le réalisateur et cinéaste algérien, Ahmed Rachedi, 83 ans a été nommé conseiller auprès du président de la République, chargé de la Culture et de l’audiovisuel, a indiqué ce mardi 13 avril 2021, un communiqué de la Présidence de la République sur sa page Facebook.

Cette nomination intervient après les dernières déclarations du président de la République sur l’échec du secrétaire d’Etat à l’industrie cinématographique et la nécessité de relancer le cinéma algérien. Rachedi est membre fondateur de la première unité de production cinématographique en 1957, “le groupe Farid”avec René Vautier et Djamel Chanderli. Après l’indépendance, Rachedi participa à la création au Centre National du Cinéma (CNC) en 1964. Entre 1964 et 1966, il dirigea le Centre Diffuseur de Cinéma (CDC). Mais en 1967, Ahmed Rachedi a été le premier DG de l’ONCIC, la plus importante société de production en Algérie. C’est grâce à lui notamment que l’Algérie obtiendra le premier Oscar en 1970, en produisant le film Z de Costa Gavras. 

Ahmed Rachedi est surtout réalisateur des principaux films sur la révolution algérienne: “L’aube des damnés” en 1965, “L’opium et le bâton” en 1969 ou encore “Benboulaid” en 2008 et “Lotfi” en 2017.   

Amel Bouchaib    

1 Comment

  • Mellah hocine
    14 avril 2021 17:39

    Que reste il du cinéma Algérien en 2021 ? Ahmed Rachedi, un grand réalisateur du cinéma Algérien du temps où l’Algérie disposait d’une industrie cinématographique en plein essor. Aujoud’hui , nous vivons un désert culturel notamment avec toutes ces salles fermées envahies par une decrepitation sans limite au vu et au su de tous les responsables . Y a t il une politique cinématographique ? L’âge de Mr Rachedi risque de lui jouer un mauvais tour .

Envoyer un commentaire

0Shares