DIA | Belmadi sauve le football algérien d’une crise profonde
67526
post-template-default,single,single-post,postid-67526,single-format-standard,qode-listing-1.0.1,qode-news-1.0,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1400,footer_responsive_adv,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,transparent_content,qode-theme-ver-12.0.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12.1,vc_responsive

Belmadi sauve le football algérien d’une crise profonde

DIA-13 juin 2022: La décision de Djamel Belmadi de poursuivre sa mission à la tête de la sélection nationale de football, aura évité une crise profonde et complexe au football nationale et à la FAF. Malgré l’instabilité de la FAF et l’incompétence de ses dirigeants, Belmadi et l’équipe nationale ont su relever la tête. Il a réussi à redonner vie à l’équipe nationale, malgré une élimination cruelle en coupe du monde. Il a réussi à remobiliser les joueurs et maintenir l’équipe nationale au plus haut niveau. Mieux encore, il vient de lancer les nouvelles bases de la future équipe, sans les anciens comme Mahrez, Slimani, Feghouli, Guedioura…

En d’autres temps, l’équipe nationale aurait carrément coulé. Elle aurait disparu même car ce n’est pas avec un président de la FAF absent et novice comme Charaf Eddine Amara et des membres du bureau fédéral ayant conduit le football vers l’impasse que l’équipe nationale réussira.

Par le passé, les luttes intestines au sein de la FAF ainsi que l’incompétence de ses dirigeants, avaient provoqué des crises au sien du football national. Actuellement, la FAF vie une crise profonde, mais Belmadi a su protéger l’équipe et repartir du bon pied.

En ce sens, ceux qui case du Belmadi, gagneraient à le remercier et à se montrer fier de ce technicien algérien qui a réussi là où ses prédécesseurs ont lamentablement échoué. Quant à la FAF, un changement profond et radical s’impose afin d’insuffler un nouveau sang à cette instance, devenue otage d’incompétents vomis par les Algériens.

Nassim Fateh

1 Comment

  • Mellah hocine
    17 juin 2022 13:49

    Allons nous trouver un autre Belmadi pour gérer la FAF ?
    Le mal du football algérien est profond car il est entré les mains de personnes qui ne cherchent qu’a soigner leur propre ego. De Raouraoua à Amara en passant par Zetchi , personne n’à pu donner des bases solides au football algérien . Tous ont participé à la déstructuration de ce sport roi , en laissant les présidents de clubs gérer à leur guise leur club. Ce championnat qui n’à rien de professionnel , n’est en fait qu’un gouffre d’argent qui ne cesse de s’agrandir .Personne , des trois , n’à obligé les clubs à ouvrir des centres de formation , personne des trois n’à pu limiter ou plafonner tous des salaires mirobolants au point d’en faire des clubs purement endettés jusqu’a l’os.
    Il faudrait arriver à placer des joueurs du championnat en équipe nationale et ce n’est un , deux ou trois mais arriver à 50 % de l’effectif.
    Un exemple de décadence à méditer : le MOBEJAIA qui rétrograde en 3e division , un clubs qui était vice champion d’Algérie en 2015, vainqueur de la coupe d’Algérie en 2015, finaliste de la coupe de la CAF en 2016. Avec un palmarès pareil , il lui arrive un désastre en 2022, pourquoi ? C’est toute la politique de nos dirigeants qui n’arrivent pas où ne savent pas , à gérer ce sport roi avec ce mal cancéreux des CSA maintenu par tous nos responsables .

Envoyer un commentaire

0Shares